Photo de la semaine

19 août 2013

Nuit étoilé à La Silla

Un rideau d'étoiles brillantes est l'arrière-plan de cette magnifique image prise par l'astronome Håkon Dahle. La silhouette en avant-plan est Håkon lui-même entouré par juste quelques-uns des grands sombres dômes qui se trouvent à l'observatoire ESO de La Silla.

Beaucoup d'astronomes professionels sont également des photographes, et qui pourrait les plaindre? Les sites ESO dans le désert d'Atacama font partis des meilleurs endroits sur Terre pour observer les étoiles et sont, pour la même raison, de superbes endroits pour photographier le ciel nocturne.

Håkon a pris ces photos durant son séjour d'observation d'une semaine sur le télescope MPG/ESO de 2.2 mètres. À ce moment, le télescope a été donné à une autre équipe d'observation, donnant à Håkon la possibilite d'admirer la nuit étoilée, et de prendre cette photo pour la partager.

La Voie Lactée est plus brillante dans l'hémisphère Sud que le Nord, car les régions australes de notre planète pointent en direction du dense centre galactique. Meme au Sud, la Voie Lactée est faible dans le ciel nocturne. Pour la plupart d'entre nous la pollution lumineuse de nos villes et meme la lumiére de la Lune cachent la faible lueur de la galaxie.

Un des meileurs aspects de l'observatoire de La Silla est qu'il est loin de toute ville lumineuse, donnant les nuits les plus sombres sur Terre. L'atmosphère est également très claire, il n'y a rien qui bloque la vue. Les cieux de la Silla sont si noirs qu'il est possible de voir une ombre créée par l'unique lumière venant de la Voie Lactee.

Håkon a posté cette photo au groupe FLickr "Your ESO Pictures". Le groupe FLickr est régulièrement parcouru et les meilleures photos sont sélectionnées pour apparaître dans la série des Photos de la Semaine, ou dans notre gallerie.


12 août 2013

Le calme avant la tempête

Cette magnifique image montre les galaxies NGC 799 (En bas) et NGC 800 (En haut) situées dans la constellation de la baleine.  Cette paire de galaxies a été observé pour la première fois par l'astronome americain Lewis Swift en 1885.

Situés à une distance de 300 millions d'années-lumière, la vue de face des galaxies nous permet de clairement voir leur forme. Tel que la Voie Lactée, notre galaxie, ces objets sont tous deux de galaxies spirales, avec de longs bras caractéristiques partant du brillant bulbe central. Dans les bras des galaxies se trouvent de nombreuses jeunes étoiles chaudes et bleuâtres se formant à partir des amas (les minuscules points bleus dans l'image) tandis que dans le bulbe central un groupe de vieilles étoiles rougeâtres plus froides se trouvent dans la région sphérique compacte se trouvant au centre.

À première vue, ces galaxies se ressemblent mais leurs différences se trouvent dans le détail. À part l'évidente taille différente, seul NGC 799 à cette structure en barre allant de son centre jusqu'aux bras externes. Les barres galactiques agissent comme un mécanisme qui amène le gaz des bras externes vers le centre, intensifiant la formation d'etoiles. Une supernova a également été observée dans NGC 799 en 2004 et a été nommée SN2004dt.

Une autre différence intéressante est le nombre de bras des galaxies. La petite NGC 800 a trois bras alors que NGC 799 n'en a que deux plus larges. Elles commencent a la fin de la barre et entourent complètement la galaxie, formant une structure ressemblant à un anneau.

Alors que l'on pourrait croire que cette image montre deux galaxies spirales impressionantes très proches coexistant en paix, rien ne peut être plus éloigné de la vérité que cela. C'est en effet le calme avant la tempête. On ne sait pas exactement ce qui se passera dans le futur, mais typiquement lorsque deux galaxies sont assez proches, elles interagissent durant des centaines de millions d'années avec les forces gravitationnelles de chacune. Dans certains cas les interactions causent uniquement des déformations mais parfois les galaxies se percutent, fusionnant en une seule, nouvelle et grande galaxie.

Cette image a été obtenue en utilisant l'instrument FORS1 sur le Very Large Telescope (VLT) de 8.2 mètres de l'ESO sur Cerro Paranal au Chili. Elle combine des expositions prises à travers des filtres (B, V et R).

Cinq astéroïdes peuvent également être vus, pouvez-vous les trouvez tous? Les astéroïdes ont bougés entre les différentes durée d'expositions laissant des traces dans l'image.


29 juillet 2013

Messier 100 - La beauté en Grand Design

Les galaxies spirales sont des objets très esthétiques, d'autant plus lorsqu'elles apparaissent de face. Cette image est un splendide exemple: C'est la galaxie spirale Grand Design Messier 100, situé dans la partie Sud de la constellation de la Chevelure de Bérénice et se trouvant à environ 55 millions d'années-lumière de la Terre.

Tandis que Messier 100 dévoile des bras spiraux bien définis, il montre également la plus faible structure ressemblant à une barre au centre, ce qui le classe comme type SAB. Quoique on ne peut pas facilement le voir dans cette image, les scientifiques ont réussi à confirmer l'existence de cette "barre" en observant dans d'autres longueurs d'onde.

Cette image très détaillée montre les principales caractéristiques attendues d'une galaxie de ce type: d'énormes nuages d'hydrogène gazeux, brillants en parties rouge lorsqu'ils émettent l'énergie absorbée par les nouvelles, massives étoiles; la lueur uniforme des vieilles étoiles jaunes près du centre; et les morceaux noirs de poussière traversant les bras de la galaxie.

Messier 100 est le membre le plus brillant de l'amas de la Vierge, qui est l'amas de galaxies le plus proche de notre galaxie, la Voie Lactée, contenant plus de 2000 galaxies, y compris des spirales, elliptique et irrégulières. Cette photo est une combinaison d'images de l'instrument FORS du Very Large Telescope de l'ESO à l'observatoire de Paranal prises à travers des filtres rouge (R), vert (V) et bleu (B).

Liens


22 juillet 2013

Le NTT tournant comme une toupie

Cette image dynamique montre le New Technology Telescope (NTT) situé à l'observatoire de La Silla de l'ESO au Chili. La coupole bien définis apparaît flou à cause du mouvement du télescope lorsque celui-ci tourne pour s'orienter vers un objectif précis. Cette photo a été prise avec une durée d'exposition de 30 secondes.

Une des premières choses que l'on peut remarquer dans cette photo est que la bâtiment du télescope à une forme angulaire particulière à l'extérieur, au lieu du dôme rond habituel. Ce design a été copié de nombreuses fois, y compris le Very Large Telescope de l'ESO, mais ce fut une révolution lorsque le télescope a été inauguré en 1989.

Le design révolutionnaire du NTT vise une qualité d'image optimale, notamment une ventilation contrôlée avec attention qui permet d'optimiser les courants d'air à travers le NTT, minimisant l'effet flou causé par la turbulence de l'air à l'intérieur. Seuls les larges volets de ce système sont visibles dans l'image.

Un autre nouvel aspect à l'époque de sa construction est le miroir du NTT. Tandis que son diamètre de 3.58 mètres n'était pas considéré comme particulièrement grand, son design était très innovait. Le miroir est flexible et peut être ajusté en temps réel pour maintenir une forme parfaite pour que ni le fléchissement ni l'affaissement ne peuvent nuire à la qualité d'image. L'ESO et le NTT étaient des pionniers dans l'utilisation de cette technologie, l'optique active, et c'est maintenant un aspect standard des télescopes modernes.

En ce moment, le NTT a deux différentes instruments que les astronomes peuvent utiliser pour leurs observations: SOFI (Son of ISAAC, un instrument du VLT) est un spectrographe infrarouge et une caméra, et EFOSC2, un spectrographe et une caméra faits pour détecter des objets faibles.

L'observatoire de La Silla est situé dans la partie sud du désert d'Atacama, 600 kilomètres au nord de Santiago du Chili et à une altitude de 2400 mètres.

L'image a été prise par Malte Tewes, un astronome à l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Suisse.

Malte a posté cette photo au groupe FLickr "Your ESO Pictures". Le groupe FLickr est régulièrement parcouru et les meilleures photos sont sélectionnées pour apparaître dans la série des Photos de la Semaine, ou dans notre gallerie.

Liens


15 juillet 2013

Des Ailes pour la science vole au-dessus de Paranal

Cette unique vue aérienne de l'observatoire de Paranal a été prise en Décembre 2012 par Clémentine Bacri et Adrien Normier, qui ont volé un avion spécial ultra-léger et écologique [1] durant un voyage d'un an autour du monde. Cette étonnante vue montre la beauté brute du paysage naturel à l'installation astronomique isolé la plus avancée au monde, le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO, avec ces quatres télescopes indépendants de 8.2 mètres au sommet de Cerro Paranal.

L'ESO a un partenariat avec le projet ORA Wings for Science, une initiative à but non lucratif qui offre un support aérien aux organisations de recherches publiques. Les deux membre d'équipage  du Wings for Science Project ont fait un passage au-dessus du Nord du Chili, entre autres, avant qu'ils ne quittent l'Amérique du Sud pour rejoindre l'Australie. Durant leur voyage, ils aident les scientifiques en leur offrant des capacités aériennes allant d'échantillonnage aérien à l'archéologie, observations de la biodiversité et modelage de terrain en 3D.

Les courts films et étonnantes photos qui ont été produits durant ces vols sont utilisés dans des buts éducatifs et promouvant la recherche locale. Leur tour du monde a commencé en Juin 2012 et a fini en Juin 2013 avec un atterrissage au Salon du Bourget le 17 Juin.

 

Notes:

[1] L'aéronef ultra-léger est un gagnant du NASA-award, un Pipistrel Virus SW 80 utilisant seulement 7 litres d'essence pour 100 kilomètres, beaucoup moins que les voitures.

Liens: 


8 juillet 2013

Les nouveaux jouets de Maëlle

L'astronomie et les télescopes peuvent parfois sortir l'enfant qui dort en nous. Dans un devoir de curiosité humaine, les astronomes continuent à construire des instruments encore plus grand dans des endroits isolés autour du globe.

L'astronome ESO Julien Girard a pris cette photo de sa fille durant une journée de famille à l'observatoire de Paranal, dans les Andes chiliennes. Grâce à une astuce de perspective, la petite Maëlle semble regarder dans l'un des dômes de l'un des quatre Auxiliary Telescopes de 1.8 mètres du Very Large Telescope (VLT) de l'ESO. Quoique les télescopes sont utilisés pour des recherches scientifiques, les astronomes peuvent des fois se sentir comme des enfants jouant avec ces énormes "jouets".

Julien Girard est un astronome ESO et un ambassadeur photo de l'ESO au Chili, travaillant au VLT, il est le chercheurs instruments pour l'instrument d'optique adaptative NACO sur le Unit Telescope 4 du VLT. Il a paratagé cette photo dans le groupe Flickr "Your ESO Pictures", duquel elle a été prise pour devenir une Photo ESO de la Semaine.

 

Liens:


1 juillet 2013

Antennes européennes au Operations Support Facility d'ALMA

Dans cette photo de 2012, on peut voir des antennes destinées à faire partie du Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA). Les trois antennes à l'avant-plan, tout comme quelques-unes en arrière-plan, ont été fournies par l'ESO pour sa contribution à ALMA à travers un contrat avec le European AEM Consortium [1]. Au total l'ESO fournira 25 antennes de 12 mètres de diamètre. 25 autres antennes de 12 mètres seront fournies par le partenaire ALMA d'Amérique du Nord, tandis que les dernières, 12 antennes de 7 mètres et quatre de 12 mètres seront fournies par le partenaire ALMA d'Asie de l'Est.

Les antennes que l'on voit ici se trouvent au Operations Support Facility (OSF) d'ALMA, à une altitude de 2900 mètres dans les collines des Andes chiliennes. Celles en avant-plan se trouvent dans le AEM Site Erection Facility où les antennes sont assemblées et testées avant qu'elle ne soient montées à l'observatoire. Les antennes dans l'arrière-plan ont passé la première phase des épreuves et sont encore testées tandis que leurs sensibles récepteurs sont installés. Une fois que les antennes sont prêtes, elles sont transportées vers le Array Operations Site, sur le plateau de Chajnantor à une altitude de 5000 mètres. Là, elles rejoignent les autres et font desormais parties du réseau ALMA, cherchant des réponses aux plus grandes questions de nos origines cosmiques. Même lorsque toutes les antennes seront installées, l'OSF restera le centre d'activités pour les opérations quotidiennes d'ALMA, un lieu de travail pour les astronomes et les équipes responsables pour la maintenance de l'observatoire.

À l'horizon ce trouve la cordelière des Andes, le plus haut sommet appartient au volcan conique, Licancabur. Licancabur marque la frontière entre le Chili et la Bolivie et domine le paysage de cette région.

Cette installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.


Notes

[1] Le AEM Consortium est composé du Thales Alenia Space, du European Industrial Engineering et de MT-Mechatronics.

 

Liens


24 juin 2013

La lumière de la Lune et du Zodiaque au-dessus de La Silla

Ce qui pourrait ressembler à une ville venant tout droit d'une histoire de science-fiction, flottant au-dessus des nuages, est en fait le premier observatoire de l'ESO, La Silla. Cette photo a été prise par l'astronome Alan Fitzsimmons en se tenant près du télescope ESO de 3.6 mètres juste après le coucher du soleil. La Lune se situe juste en-dehors de l'image, baignant l'observatoire dans sa lumière féerique qui est réfléchie par les nuages d'en-dessous.

La très faible bande de lumière dorée juste au-dessus des nuages encore illuminée par le coucher du soleil est la lumière du zodiaque qui ne peut être vu uniquement après le coucher du soleil ou avant le lever du soleil, durant certains jours de l'année à partir de très bons sites.

Certains télescopes peuvent être vus dans cette photo. Par exemple, la grande structure angulaire à la fin de la route est le New Technology Telescope (NTT). Comme son nom l'indique, lorsqu'il fut complété en 1989 le télescope possédait de nombreux aspects révolutionnaires y compris le premier système d'optique adaptative et l'abris octogonal. De nombreux aspects du NTT sont également sur le Very Large Telescope de l'ESO.

Le dôme à l'avant-plan, juste à droite du télescope Suisse Leonhard Euler de 1.2 mètres nommé en honneur du fameux mathématicien Suisse Leonhard Euler (1707-1783).

Alan a partagé cette photo dans le groupe Flickr "Your ESO Pictures". Le groupe Flickr est régulièrement parcouru et les meilleures photos apparaissent dans la série Photo de la Semaine, ou dans notre gallérie.


17 juin 2013

Foudre et éclairs

Dans cette image électrifiante, prise le Vendredi 7 Juin 2013, un furieux orage déchargeait sa colère sur Cerro Paranal. Les abris colossaux des quatre Very Large Telescopes, chacun faisant la taille d'un immeuble de huis étages, sont les victimes d'un puissant orage.

À la gauche de l'image, une étoile solitaire a émergé pour être témoin du spectacle, un unique point de lumière se détachant du ciel obscur. L'étoile est Procyon, une étoile binaire brillante dans la constellation du Petit Chien.

Les nuages au-dessus de l'observatoire ESO de Paranal est une vue rare. En moyenne, le site a 330 journées claires par an. Des éclairs sont encore plus rares puisque l'observatoire est situé dans l'un des endroits le plus sec du monde: le désert d'Atacama au Nord du Chili, 2600 mètres au-dessus du niveau de la mer. Toutefois s'il y a des nuages, la plupart du temps l'observatoire se trouve au-dessus de ceux-ci.

Sur une période de 16 ans travaillant en tant qu'ingénieur à Paranal, l'ambassadeur photo de l'ESO Gerhard Hüdepohl a vu la foudre juste une fois, donc il a pris sa caméra et a défié les éléments pour prendre cette unique vue.


10 juin 2013

L'ascension et la chute d'une supernova

Une séquence vidéo inhabituelle montre l'éclaircissement rapide et la disparition lente d'une explosion de supernova dans la galaxie NGC 1365. La supernova, qui a été nommée SN 2012fr, a été découvert par l'astronome français Alain Klotz le 27 Octobre 2012. Les images ont été prises avec le petit télescope robotique TAROT, situé à l'observatoire ESO de La Silla au Chili, ont été combinée pour créer ce film unique.

Les supernovas sont les résultats des décès explosifs et cataclysmiques de certains types d'étoiles. Elles sont tellement brillantes qu'elles illuminent tout leur galaxie mère durant de nombreuses semaines avant de disparaître lentement.

La supernova 2012fr [1] a été découverte par Alain Klotz l'après-midi du 27 Octobre 2012. Il était en train de mesurer la luminescence d'une faible étoile variable dans une image du télescope robotique TAROT (Télescope à Action Rapide pour les Objets Transitoires) à l'observatoire ESO de La Silla, lorsqu'il a remarqué un nouvel objet qui n'était pas sur les images prises trois jours auparavant. Après avoir vérifié avec des télescopes et des astronomes de tout autour du globe, le brillant objet a été confirmé d'être une supernova thermonucléaire.

Certaines étoiles cohabitent avec une deuxième étoile, toutes les deux orbitant autour d'un même centre de gravité. Dans certains cas l'une d'entre elle peut être une très vieille naine blanche volant de la matière à sa voisine. Au bout d'un moment, la naine blanche a volé tant de matière qu'elle devient instable et explose. Ceci est connu comme un supernova thermonucléaire.

Ce genre de Supernova est devenu très important car c'est le moyen le plus fiable de mesurer la distance des galaxies très lointaines de l'Univers primordial. Plus loin que le Groupe Local de galaxies, les astronomes avaient besoin de trouver des objets très lumineux avec des propriétés connues pour pouvoir les utiliser comme des bornes pour pouvoir cartographier l'histoire de l'expansion de l'Univers. Les supernovas thermonucléaires sont idéales car les luminescence est haute puis décroît lentement de la même façon durant chaque explosion. La mesure des distances de supernovas thermonucléaires a mené à la découverte de l'accélération de l'expansion de l'Univers, ce qui a mérité un Prix Nobel de Physique en 2011.

La galaxie hôte de la supernova est NGC 1365 (Voir potw1037a), une élegante galaxie spirale barrée, située à 60 millions d'années-lumière vers la constellation du Fourneau. Avec son diamètre d'environ 200 000 années-lumière, elle fait se détache des autres galaxies de l'amas du Fourneau. Une barre droite colossale traverse la galaxie contenant le nucléus dans le centre. La nouvelle supernova peut être facilement aperçue juste au-dessus du noyau, au milieu de l'image.

Les astronomes ont découvert plus de 200 nouvelles supernovas en 2012, parmi lesquels SN 2012fr est la plus lumineuse. La supernova a été repérée la première fois quand elle était encore très faible le 27 Octobre 2012, et a atteint sa luminescence maximale le 11 Novembre 2012 [2]. Elle était facilement visible tel une faible étoile à travers un télescope amateur de taille moyenne. La vidéo a été obtenue grâce à une série d'images prises de la galaxie durant une période de trois mois, de la découverte en Octobre jusqu'à mi-janvier 2013.

TAROT est un télescope optique robotique de 25 centimètres, capable d'intervenir rapidement et commencer à observer en l'espace de quelques secondes. Il a été installé à l'observatoire de La Silla en 2006 dans le but de détecter les sursauts cosmiques de rayons gamma. Les images qui ont révélés SN 2012fr ont été prises en utilisant des filtres bleu, vert et rouge.

 

Notes

[1] Les supernovas sont nommées d'après leur année de découverte et de l'ordre dans lequel elles ont été découvertes cette année en utilisant des lettres de l'alphabet. Le fait que la supernova a été découverte par une équipe française et le fait qu'elle a été nommée avec les lettres "fr" n'est que simple coïncidence.

[2] À ce moment la magnitude était de 11.9. C'est environ 200 fois plus faibles que ne peut voir l'œil nu même durant une sombre nuit dégagé. Mais si la supernova, à sa luminescence maximale, était mise côte-à-côte avec notre étoile, le Soleil, la supernova apparaîtrait 3000 millions de fois plus lumineuse que le Soleil.

Liens 

 

 

Contacts

 

Alain Klotz

Institut de Recherche en Astrophysique et Planetologie

Toulouse, France

Tel: +33 05 61 55 66 66

Email: alain.klotz@irap.omp.eu

 


Richard Hook

ESO, La Silla, Paranal, E-ELT & Survey Telescopes Press Officer

Garching bei München, Germany

Tel: +49 89 3200 6655

Cell: +49 151 1537 3591

Email: rhook@eso.org


3 juin 2013

Trois planètes dansent au-dessus de La Silla

C'est un vrai régal pour les photographes et astronomes: nos cieux sont témoin d'un phénomène connu sous le nom de "syzygie", lorsque trois objets célestes (ou plus) s'alignent presque dans le ciel. Lorsque les objets célestes ont une similaire longitude écliptique, cet événement est aussi nommé triple proche conjonction. Bien sûr, ce n'est qu'un tour de perspective, mais cela ne le rend pas moins spectaculaire. Dans ce cas, les objets sont trois planètes, et la seule chose nécessaire pour profiter du spectacle est une vue clair du ciel au coucher du Soleil.

Par chance, cela c'est passé pour l'ambassadeur photo de l'ESO Yuri Beletsky, qui a eu la chance de voir cette spectaculaire vue à partir de l'observatoire ESO de La Silla au Nord du Chili le Dimanche 26 Mai. Au-dessus des dômes des télescopes, trois planètes de notre Système Solaire, Jupiter (Haut), Vénus (Bas gauche) et Mercure (Bas droit), sont révélées après le coucher du Soleil, engagées dans leur danse cosmique.

 

Liens:

  Images:


27 mai 2013

Des traits à travers le ciel chilien

À première vue cette étonnante image peut sembler être des ondes causées par un caillou jeté dans un lac. Et pourtant, c'est le résultat du mouvement apparent des étoiles dans le ciel austral et d'un peu de magie fait par le photographe. Cette image a été prise à Cerro Armazones, un sommet à 3060 mètres au-dessus du niveau de la mer, qui se trouve dans la partie centrale du désert d'Atacama, dans les Andes chiliennes.

Les longues bandes lumineuses sont les traces d'etoiles et chacune d'entre elles appartient à une unique étoile traversant le sombre ciel nocturne. En laissant l'obturateur de son appareil photo ouvert sur une longue période, les mouvements des étoiles, imperceptible à l'œil nu, sont révélés. Une durée d'exposition de 15 minutes est suffisante pour le faire. Dans ce cas, le photographe a combiné de nombreuses expositions à plus courte durée pour obtenir l'image finale. La lentille très grand angle utilisée pour cela montre le pôle céleste à droite et l'équateur juste au-dessus de la petite tour.

L'incroyable nombre de traces d'étoiles révèle également la qualité incroyable du ciel nocturne à Armazones: l'atmosphère est extrêmement clair et il y a aucune pollution lumineuse grâce à l'endroit isolé du sommet. C'est une des raisons pour laquelle cette montagne a été choisi pour abriter le futur plus grand œil sur le ciel: le futur European Extremely Large Telescope (E-ELT)


20 mai 2013

Admirant la Galaxie

C'est difficile même pour l'astronome le plus expérimenté de résister à la tentation de prendre son temps pour admirer le riche et glorieux ciel austral. Cette image est un autoportrait pris par l'astronome Alan Fitzsimmons qui a pris cette photo entre deux observations à l'observatoire ESO de La Silla.

Cette photo brute montre le contraste entre une simple figure sombre et immobile et le brillant et lumineux ciel nocturne étoilé. Dans cette photo, le ciel est dominé par un énorme amas d'étoiles et de poussière qui forment le centre de la Voie Lactée, notre galaxie mère.

Les observatoires ESO sont situés dans le désert d'Atacama au nord du Chilie, une région avec peu d'habitants, qui combine des nuits très sombres avec des conditions atmosphériques extrêmement clairs, ces deux facteurs qui permettent des observations de haute qualité.

La Silla est le premier observatoire de l'ESO. Inauguré en 1969, il est la demeure de plusieurs télescopes avec des miroirs ayant des diamètres de jusqu'à 3.6 mètres. Avec plus de 300 nuits claires par an, La Silla est dans un endroit idéal pour abriter des instruments d'observations de pointe, mais c'est également un fabuleux endroit pour juste s'arrêter et regarder dans le ciel.

Alan a partagé cette photo avec le groupe Flickr "Your ESO Pictures". Le groupe Flickr est régulièrement parcouru et les meilleures photos sont choisis pour devenir Photo de la Semaine, ou pour rejoindre notre gallérie.


13 mai 2013

La Voie Lactée bille au-dessus de La Silla enneigé

En plein milieu du désert d'Atacama, loin de tout pollution lumineuse issue des villes du nord du Chili, le ciel est complètement noir après le coucher du soleil. Un tel ciel sombre permet au meilleures observations astronomiques d'avoir lieu, et a une altitude de 2400 mètres, l'observatoire ESO de La Silla offre une vue incroyable sur le ciel nocturne. Toutefois, un tel endroit isolé, haut et sec ne peut pas toujours échapper le climat qui vient durant la saison hivernale, lorsque des couches de neiges peuvent couvrir le sommet et les dômes des télescopes s'y trouvant.

Cette image montre un La Silla hivernal sous un jet d'étoiles de notre Voie Lactée, le plan duquel traverse l'image. Sont visible (de droite à gauche) le télescope ESO de 3.6 mètres, le New Technology Telescope (NTT), le télescope ESO Schmidt de 1 mètre  et le télescope MPG/ESO de 2.2 mètres qui a de la neige sur son dôme. Le dôme du Coudé Auxiliary Telescope démantelé peut être vu adjacent au télescope ESO de 3.6 mètres et entre celui-ci et le NTT se trouvent les réserves d'eaux de l'observatoire.

Quoique la neige sur La Sila peut sembler surprenant, les sites ESO de haute altitude peuvent être ainsi soumis à des températures hautes et basses durant l'année, et peut être l'objet de conditions extrêmes.

Cette photo a été prise par José Francisco Salgado, un Ambassadeur Photo de l'ESO.


6 mai 2013

Lore en mouvement

Dans cette photo, l'un des deux transporteurs ALMA, Lore, porte l'une des antennes de 7 mètres de diamètre d'ALMA, l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array. Lore et son jumeau, Otto, sont deux véhicules d'un jaune brillant faits sur mesure possédant 28 roues pour bouger les antennes ALMA sur le plateau de Chajnantor à une altitude de 5000 mètres. En faisant cela, ils peuvent configurer le télescope en réseau pour permettre les observations les plus utiles à des objectifs spécifiques. Ils bougent également les antennes entre Chajnantor et l'Operations Support Facility à plus basse altitude pour leur maintenance.

ALMA a un réseau principal de cinquante antennes de 12 mètres, et un réseau supplémentaire de douze antennes de 7 mètres et quatre antennes de douze mètres, connu sous le nom d'Atacama Compact Array (ACA). Lore est en train de porter l'une des petites antennes de 7 mètres de l'ACA. Les antennes de 12 mètres du réseau principal ne peuvent pas être placées à moins de 15 mètres l'une de l'autre car sinon elles se toucheraient. Cette séparation minimale entre les antennes limite la grandeur des objets pouvant être détectés dans le ciel. Ceci veut dire que le réseau principal ne peut pas observer les objets les plus larges tels que les géants nuages de gaz moléculaire de la Voie Lactée ou des galaxies voisines. L'ACA a été spécialement conçu pour aider ALMA à faire de meilleurs observations de ces larges objets. Ces plus petites antennes de 7 mètres peuvent être placées près l'une de l'autre, permettant de mieux mesurer les larges structures que le réseau principal ne peut pas faire.

Les dramatiques piques de glace à l'avant-plan sont des pénitents. Ce sont de curieux phénomènes naturels que l'on trouve dans les régions de haute altitude, typiquement plus de 4000 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ce sont des minces lames de neige dure et de glace qui pointent vers le Soleil, atteignant des hauteurs de quelques centimètres jusqu'à plusieurs mètres.

ALMA est une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.

 

Liens


29 avril 2013

Des Ailes pour la Science au-dessus d'ALMA

Cette unique vue aérienne de l'observatoire de Paranal a été prise en Décembre 2012 par Clémentine Bacri et Adrien Normier, qui ont volé un avion spécial ultra-léger et écologique [1] durant un voyage d'un an autour du monde. Cette étonnante vue montre la beauté brute du paysage naturel à l'installation astronomique isolé la plus avancée au monde, le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO, avec ces quatres télescopes indépendants de 8.2 mètres au sommet de Cerro Paranal.

L'ESO a un partenariat avec le projet ORA Wings for Science, une initiative à but non lucratif qui offre un support aérien aux organisations de recherches publiques. Les deux membre d'équipage  du Wings for Science Project ont fait un passage au-dessus du Nord du Chili, entre autres, avant qu'ils ne quittent l'Amérique du Sud pour rejoindre l'Australie. Les deux membres d'équipage, Clémentine Bacri et Adrien Normier volant à bord d'un avion spécial ultra-léger et écologique [2] aident les scientifiques en leur offrant des capacités aériennes allant d'échantillonnage aérien à l'archéologie, observations de la biodiversité et modelage de terrain en 3D.

Les courts films et étonnantes photos qui ont été produits durant ces vols sont utilisés dans des buts éducatifs et promouvant la recherche locale. Leur tour du monde a commencé en Juin 2012 et a fini en Juin 2013 avec un atterrissage au Salon du Bourget le 17 Juin.

 

Notes:

[1] ALMA est une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA

[2] L'aéronef ultra-léger est un gagnant du NASA-award, un Pipistrel Virus SW 80 utilisant seulement 7 litres d'essence pour 100 kilomètres, beaucoup moins que les voitures.

Liens: 


22 avril 2013

Paranal en bleu et argent

Ce qui pourrait sembler comme un beau ciel dégagé dans tous les coins du monde est en fait une inhabituelle journée nuageuse à l'observatoire ESO de Paranal dans le désert d'Atacama. Comme c'est l'un des endroits le plus sec de la planète, c'est très inhabituel de voir des nuages dans le ciel. Beaucoup d'astronomes et ingénieurs travaillant sur le site trouvent ce ciel sans nuage un fascinant aspect du désert d'Atacama. Cette merveilleuse photo panoramique à 360 degrés, prise par le contremaître ESO Dirk Essl en 15 expositions séparées, a capturé un des rares jours nuageux à Paranal. Quelques fins cirrus se trouvent au-dessus de l'abri du Very Large Telescope. Ces nuages se forment à des hautes altitudes et sont composés de minuscules cristaux de glace.

L'observatoire de Paranal reçoit moins de 10 millimètres de pluie par ans, qui est juste une des nombreuses raison pourquoi son altitude de 2600 mètres a été choisi comme site pour le Very Large Telescope (VLT) de l'ESO. Ce panorama comprend les quatre grands Unit Telescopes du VLT et les quatre plus petits Auxiliary Telescopes dans leurs abris ronds, l'un à l'avant-plan et les trois autres plus loin. Les rails sur le sol sont là pour permettre aux Auxiliary Telescopes de bouger dans différentes positions.

Dirk a posté cette photo au groupe FLickr "Your ESO Pictures". Le groupe Flickr est régulièrement parcouru et les meilleures photos sont sélectionnées pour apparaître dans la série des Photos de la Semaine, ou dans notre gallerie.

 

Liens:


15 avril 2013

Sous le charme des Nuages de Magellan

Cette belle image de l'Atacama Large Millimeter/submillimeter Array (ALMA), montrant les antennes du télescope sous le ciel nocturne étoilé à couper le souffle, provient de Christoph Malin, un Ambassadeur Photo de l'ESO. C'est une image fixe de l'une de ses vidéos de timelapse d'ALMA, qui sont égqlement disponible (Voir ann12099)

Situé sur le plateau de Chajnantor à une altitude de 5000 mètres, ALMA est le plus puissant télescope à étudier l'univers dans les longueurs d'onde du submillimètre et du millimètre. La construction d'ALMA sera finie en 2013, et un total de 66 antennes des haute-précision observeront sur ce site.

Brillant dans le ciel, le Grand et Petit Nuages de Magellan se dressent au-dessus des antennes. Ces naines irrégulières proches sont des objets célestes remarquables dans l'hémisphère austral, même à l'œil nu. Ces galaxies sont toutes les deux en orbite autour de la Voie Lactée, notre galaxie, et on a la preuve que toutes les deux ont été déformées à cause des interactions avec la Voie Lactée. 

ALMA est une installation astronomique internationale, est un partenariat avec l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. La construction et les opérations d'ALMA sont dirigés pour l'Europe par l'ESO, pour l'Amérique du Nord par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO), et pour l'Asie de l'Est par le National Astronomical Observatoy of Japan (NAOJ). Le Joint ALMA Observatory (JAO) fournit la direction unifié et le management de la construction, l'activité et les opérations d'ALMA.

 

Liens:


8 avril 2013

Un ruban étincelant d'étoiles, la Voie Lactée australe au-dessus de La Silla

Cette photo panoramique, prise par Alexandre Santerne, montre le disque de la Voie Lactée, notre galaxie mère, ainsi qu'une froide nuit hivernale, avec une fine couche de neige sur l'observatoire ESO de La Silla au Chili.

De notre point de vue à l'intérieur de celui-ci, le disque de la Voie Lactée apparait comme un ruban étincelant d'étoiles traversant le ciel. Dans ce panorama, la Voie Lactée est transformée en une arche par la projection grand angle.

Juste derrière la colline sur la gauche de la photo se trouve le télescope ESO de 3.6 mètres, demeure du principal chasseur d'exoplanètes du monde, HARPS (the High Accuracy Radial Velocity Planet Searcher). Toute à droite se trouve le télescope Suisse Leonhard Euler de 1.2 mètres, construit et dirigé par l'observatoire de Genève.

Il y a de nombreuses raisons pourquoi La Silla est l'endroit idéal pour observer le ciel nocturne en général, la Voie Lactée en particulier. Premièrement, il est situé dans l'hémisphère sud, nous donnant une meilleure vue des riches régions centrales de la galaxie, et secondement, il est situé loin de toute pollution urbaine et lumineuse, à une altitude de 2400 mètres au-dessus du niveau de la mer, donnant des nuits sombres et une atmosphère claire.

Alexandre a partagé cette photo avec le groupe Flickr "Your ESO Pictures". Le groupe Flickr est régulièrement parcouru et les meilleures photos sont choisis pour devenir Photo de la Semaine, ou pour rejoindre notre gallérie. Depuis le partage de cette photo, Alexandre est devenu un Ambassadeur Photo de l'ESO.

 

Liens:


1 avril 2013

Les étoiles forment des cercles au-dessus de la Residencia à Cerro Paranal

Cette image de l'Ambassadeur Photo de l'ESO Farid Charm du ciel nocturne austral au-dessus de l'hôtel de la Residencia à l'observatoire ESO de Paranal au Chili, présente une vue dynamique remplie d'étoiles.

Pour avoir les traces des étoiles sur cette image, Farid a utilisé une durée d'exposition de 30 minutes pour révéler les mouvements observés des étoiles due à la rotation de la Terre. Dans le centre se trouve le point fixe du pôle sud céleste. Sur la gauche, et en haut de l'image, se trouvent des taches bleuâtres, se sont le Grand et Petit Nuages de Magellan, des galaxies voisines à la Voie Lactée.

Le sombre dôme de verre en-dessous des étoiles fait parti du toit de la Residencia. Cette unique construction semi-souterraine a été utilisé par les scientifiques et les ingénieurs travaillant à l'observatoire depuis 2002. Durant la journée, le dôme de 35 mètres permet la lumière naturelle à rentrer dans l'immeuble.

À l'observatoire, situé sur une montagne à une altitude de 2600 mètres dans l'aride désert d'Atacama, les excellentes conditions astronomiques ont un coût. Les personnes là-bas sont confrontés à des intenses rayons de soleil durant le jour, à une humidité très basse et la haute altitude peut leur couper le souffle. Pour les aider à se reposer et à s'hydrater après leurs longues heures de travail au sommet de la montagne, ils disposent d'un oasis artificiel à la Residencia, avec un petit jardinm une piscine qui humidifie l'air, un salon, une pièce à dîner et d'autres installations de divertissements. Le bâtiment peut héberger plus de 100 personnes.

 

Liens:


  1 | 2 | 3 | 4 Suivant »
Affiche de 1 à 20 de 62
Bookmark and Share

Voir aussi notre