eso0930fr-be — Communiqué de presse photo

Choose your language:

Le triple plaisir de la « Trifide »

26 août 2009

Aujourd'hui, l'ESO a publié une nouvelle image de la nébuleuse Trifide qui révèle pourquoi cette nébuleuse reste tant appréciée des astronomes amateurs et professionnels. Cette énorme usine de production d’étoiles est ainsi nommée pour les bandes de poussière sombre qui coupent en trois parties son cœur brillant et représente une rare combinaison de trois types de nébuleuses, révélant la fureur des étoiles nouvellement formées et présageant de nouvelles naissances d'étoiles.

Etendant son voile brulant sur plusieurs milliers d'années-lumière dans la constellation du Sagittaire, la nébuleuse Trifide présente un portrait révélateur des premiers stades de la vie d'une étoile, depuis la gestation jusqu’aux premiers rayons de lumière. La chaleur et les «vents» des étoiles récemment allumées agitent le contenu de gaz et de poussière du chaudron de la Trifide ; au fil du temps, les lambeaux sombres de matière éparpillés dans la région vont lentement s’effondrer sur eux-mêmes et former de nouvelles étoiles.

L'astronome français Charles Messier fut le premier à observer la nébuleuse Trifide en Juin 1764 et enregistra l'objet flou et lumineux sous le numéro 20 dans son célèbre catalogue. Quelques 60 ans plus tard, l’astronome anglais John Herschel observa les bandes de poussière qui semblent diviser le nuage cosmique en trois lobes, ce qui lui inspira le nom de "Trifide".

Cette nouvelle image, réalisée avec la caméra WFI (Wide-Field Imager) attachée au télescope  MPG / ESO de 2,2 mètres diamètre à l’Observatoire de La Silla dans le nord du Chili, met particulièrement en évidence les différentes régions de la nébuleuse Trifide telles qu’on les voit dans le domaine visible. Dans la tache bleuâtre, en haut à gauche sur l’image, appelée une nébuleuse par réflexion, le gaz poussiéreux diffuse la lumière des jeunes étoiles environnantes de la Trifide. Les plus grosses de ces étoiles rayonnent de manière plus lumineuse dans la partie bleue et chaude du spectre visible. Cette émission, combinée au fait que les grains de poussière et les molécules diffusent la lumière bleue plus efficacement que la lumière rouge - une caractéristique qui explique pourquoi nous avons un ciel bleu et des couchers de soleil rouge – fait que cette partie de la nébuleuse Trifide baigne dans une teinte azure.

Plus bas, dans la zone ronde rougeâtre-rosée, couleur typique d'une nébuleuse d'émission, le gaz au cœur de la « Trifide » est chauffé par des centaines de jeunes étoiles extrêmement brulantes, jusqu'à ce qu’il émette la lumière rouge, signature de l'hydrogène, principal composant du gaz, tout comme le gaz néon chaud diffuse une lumière rouge-orange sur les signaux lumineux du monde entier.

Les gaz et la poussière qui tracent des sillons obscurs dans la nébuleuse Trifide forment la troisième sorte de nébuleuse de ce nuage cosmique, une nébuleuse de la catégorie des nébuleuses obscures, appelées ainsi du fait des effets de leur lumière-obscure (l’iconique nébuleuse de la Tête de Cheval doit être la plus connue de ces nébuleuses [voir ESO Press Photo 02/02]). Dans ces sillons sombres, les restes d’épisodes précédents de naissance d’étoiles continuent de fusionner sous l'attraction inexorable de la gravité. L'augmentation de la densité, de la pression et de la température à l'intérieur de ces agrégats gazeux va finalement déclencher la fusion nucléaire et former ainsi de nouvelles étoiles.
Dans la partie inférieure de cette nébuleuse d'émission, un doigt de gaz semble sortir du nuage et pointer directement vers l'étoile centrale qui alimente la Trifide. Ceci est un exemple d'un globule gazeux s'évaporant également observé dans la nébuleuse de l'Aigle, une autre zone de formation stellaire. A la pointe du doigt un nœud de gaz dense (photographiée par Hubble) a résisté à l'assaut du rayonnement de l'étoile massive.

Plus d'informations

L’ESO - l’Observatoire Européen Austral - est la première organisation intergouvernementale pour l’astronomie en Europe et l’observatoire astronomique le plus productif au monde. L’ESO est soutenu par 14 pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L’ESO conduit d’ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l’astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d’importantes découvertes scientifiques. L’ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l’organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L’ESO gère trois sites d’observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. A Paranal, l’ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l’observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde. L’ESO est le partenaire européen d’ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L’ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d’un télescope européen géant – l’E-ELT- qui disposera d’un miroir primaire de 42 mètres de diamètre et observera dans le visible et le proche infrarouge. L’E-ELT sera « l’œil tourné vers le ciel » le plus grand au monde.

Contacts

Dr. Rodrigo Alvarez
Planetarium, Royal Observatory of Belgium
Brussels, Belgium
Tel: +32-2-474 70 50
Email: rodrigo.alvarez@oma.be

Henri Boffin
ESO
Garching, Germany
Tel: +49 89 3200 6222
Email: hboffin@eso.org

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso0930.
Bookmark and Share

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso0930fr-be
Legacy ID:PR 30/09
Facility:MPG/ESO 2.2-metre telescope

Images

La Nébuleuse Trifide
La Nébuleuse Trifide
The Trifid Nebula (full frame)
The Trifid Nebula (full frame)
Seulement en anglais

Vidéos

Zoom in to the Trifid Nebula
Zoom in to the Trifid Nebula
Seulement en anglais

Voir aussi notre