eso1711fr-be — Communiqué de presse photo

ALMA capture de dramatiques feux d’artifice stellaires

7 avril 2017

Les explosions d’étoiles sont le plus souvent assimilées à des supernovae, ou phases finales et particulièrement spectaculaires d’évolution stellaire. De nouvelles observations d’ALMA offrent cette fois un aperçu des processus explosifs se produisant à l’autre extrémité du cycle de vie des étoiles – au moment de leur naissance en l’occurrence. Les astronomes ont acquis ces dramatiques clichés en sondant les vestiges de la formation d’un groupe d’étoiles massives, démontrant par là-même la violence ainsi que l’extrême instabilité de ce processus.

A  quelque 1350 années lumière de la Terre, au sein même de la constellation d’Orion (Le Chasseur), siège un centre de formation stellaire particulièrement dense et actif : le Nuage Moléculaire d’Orion 1 (OMC-1), qui fait partie intégrante du même complexe que la célèbre Nébuleuse d’Orion. Les étoiles naissent de l’effondrement gravitationnel d’un nuage de gaz des centaines de fois plus massif que notre Soleil. Dans les régions les plus denses, les protoétoiles s’enflamment puis dérivent aveuglément. Au fil du temps, certaines étoiles migrent en direction d’un même centre de gravité – bien souvent une protoétoile particulièrement massive. Si leurs trajectoires se croisent avant qu’elles ne s’échappent de leur cocon stellaire, de violentes interactions peuvent survenir.

Quelque 100 000 ans avant notre ère, plusieurs protoétoiles sont nées dans les profondeurs d’OMC-1. Sous l’effet de la gravité, elles se sont progressivement rapprochées les unes des autres, à des vitesses toujours plus élevées. Voici 500 ans, deux d’entre elles se sont finalement heurtées. Les astronomes ne peuvent se prononcer en faveur d’un processus d’accrétion ou d’une collision frontale. Quoiqu’il en soit, cet événement a généré une puissance éruption qui a propulsé d’autres protoétoiles situées à proximité et expulsé de colossaux jets de gaz et de poussière dans l’espace interstellaire à plus de 150 kilomètres par seconde. Cette interaction cataclysmique a libéré autant d’énergie que notre Soleil en émet durant 10 millions d’années.

500 ans plus tard, une équipe d’astronomes emmenée par John Bally (Université du Colorado, Etats-Unis), a utilisé le Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l’Atacama (ALMA) pour sonder le coeur de ce nuage. Ils y ont découvert les débris éjectés lors de la naissance explosive de cet amas d’étoiles massives, semblables aux vestiges de feux d’artifice cosmiques constitués d’énormes jets de matière omnidirectionnels.

Ce type d’explosions est censé être de courte durée – à titre d’exemples, les vestiges observés par ALMA demeureront quelques siècles seulement. Bien qu’éphémères, ces explosions protostellaires sont peut-être relativement fréquentes. En détruisant leur nuage parent, ces événements peuvent contribuer à réguler le taux de formation stellaire au sein de ces immenses nuages moléculaires.

La nature explosive des débris qui parsèment OMC-1 fut pour la première fois suspectée en 2009, après que des observations aient été effectuées au moyen du Réseau Submillimétrique d’Hawaï. Bally et son équipe ont également observé cet objet dans le proche infrarouge grâce au télescope Gemini South implanté au Chili. Sur ces clichés figure la remarquable structure des jets de matière, qui s’étendent sur près d’une année lumière.

Toutefois, les nouvelles images acquises par ALMA témoignent de cette nature explosive en haute résolution, révélant de précieuses informations relatives à la distribution ainsi qu’au déplacement, à vitesse soutenue, du gaz de monoxyde de carbone (CO) à l’intérieur des jets. Ces données permettront aux astronomes de mieux comprendre l’origine de la puissance de l’explosion, ainsi que l’impact de tels événements sur la formation stellaire au sein de la galaxie.

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

Liens

Contacts

John Bally
University of Colorado, USA
Email: john.bally@Colorado.EDU

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1711.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1711fr-be
Nom:OMC, Orion Molecular Cloud
Type:Milky Way : Nebula : Type : Star Formation
Facility:Atacama Large Millimeter/submillimeter Array
Science data:2017ApJ...837...60B

Images

ALMA observe une explosion stellaire au sein d’Orion
ALMA observe une explosion stellaire au sein d’Orion
ALMA observe une explosion stellaire au sein d’Orion
ALMA observe une explosion stellaire au sein d’Orion
ALMA et le VLT observent une explosion au sein d’Orion
ALMA et le VLT observent une explosion au sein d’Orion

Vidéos

ESOcast 102 Light: De dramatiques feux d’artifice stellaires
ESOcast 102 Light: De dramatiques feux d’artifice stellaires
Zoom sur un phénomène explosif survenu au sein d’Orion
Zoom sur un phénomène explosif survenu au sein d’Orion
Comparatif entre les clichés acquis par ALMA et le VLT de l’événement explosif s’étant produit au sein d’Orion
Comparatif entre les clichés acquis par ALMA et le VLT de l’événement explosif s’étant produit au sein d’Orion

Voir aussi notre