eso1722fr — Communiqué de presse institutionnel

MASCARA ouvre grand ses yeux pour la première fois au Chili

Première lumière pour le chasseur d’exoplanètes installé à l’Observatoire de La Silla de l’ESO

19 juillet 2017

La station MASCARA (Caméra Plein-Ciel et Multi-Site) installée à l’Observatoire de La Silla de l’ESO au Chili vient de capter sa toute première lumière. Ce nouvel instrument dédié à la recherche d’exoplanètes en transit devant leur étoile de brillance élevée contribuera à la création d’un catalogue de cibles destinées à faire l’objet d’observations ultérieures.

En juin 2016, l’ESO a conclu un accord avec l’Université de Leiden visant à installer une station MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO au Chili, où les conditions d’observation du ciel de l’hémisphère sud sont excellentes. Cette station effectue dès à présent – et avec succès – ses premiers tests.

La station MASCARA au Chili est la seconde à entrer en opération ; la première station est implantée dans l’hémisphère nord, à l’Observatoire Roque de los Muchachos, sur l’île de La Palma dans l’archipel des Canaries. Chaque station se compose d’une batterie de caméras confinées dans une enceinte à température contrôlée. Leur objectif est de scruter la quasi-totalité du ciel visible depuis leur site d’observation [1].

“Afin de couvrir la totalité du ciel, les stations doivent être implantées dans les hémisphères nord et sud” précise Ignas Snellen de l’Université de Leiden et porteur du projet MASCARA. “Grâce à la mise en place de la seconde station à La Silla, nous sommes désormais en mesure d’observer toutes les étoiles (ou presque) qui constellent le ciel”.

Conçu par l’Université de Leiden aux Pays-Bas, MASCARA est un chercheur d’exoplanètes. Sa forme compacte et sa conception à moindre coût masquent son caractère novateur, sa flexibilité et sa grande fiabilité. Doté de cinq caméras numériques dont les composants sont de série, le petit chasseur d’exoplanètes effectue des mesures répétées de la luminosité de milliers d’étoiles et détecte, au moyen d’un logiciel, la faible diminution de brillance stellaire consécutive à un transit planétaire.

Cette méthode de détection des exoplanètes a été baptisée photométrie des transits. Elle permet de déterminer, de manière directe, la taille ainsi que l’orbite de la planète. Dans le cas des systèmes de luminosité élevée, l’atmosphère planétaire peut également être caractérisée grâce à des observations plus poussées effectuées au moyen de grands télescopes tel le VLT (Very Large Telescope) de l’ESO.

Le principal objectif de MASCARA est de détecter la présence d’exoplanètes autour d’étoiles parmi les plus brillantes du ciel, ne faisant l’objet d’aucune étude depuis le sol ou l’espace. Les “Jupiters chauds” figurent parmi les cibles privilégiées de MASCARA – il s’agit de planètes de dimensions voisines de celle de Jupiter mais qui orbitent à très grande proximité de leur étoile hôte, ce qui leur confère une température de surface élevée et une période orbitale de quelques heures seulement. Parce qu’ils exercent une influence gravitationnelle non négligeable sur leurs étoiles hôtes, des dizaines de Jupiters chauds ont été découverts au moyen de la méthode basée sur la vitesse radiale.

“Peu d’informations peuvent encore être extraites des exoplanètes découvertes grâce à la méthode des vitesses radiales. L’adoption de techniques d’imagerie directe nettement plus élaborées constitue un pré-requis indispensable en effet  pour séparer la lueur émanant de ces vieilles planètes froides de l’intense lumière émise par leurs étoiles hôtes”, précise Ignas Snellen. “Au contraire, les planètes qui transitent devant leurs étoiles hôtes peuvent être facilement caractérisées.”

MASCARA dispose également de la capacité à détecter des super-Terres et des planètes de la taille de celle de Neptune. Le projet vise à constituer un catalogue de cibles parmi les étoiles proches les plus brillantes. Les exoplanètes détectées – leurs atmosphères notamment – feront l’objet d’observations ultérieures.

Notes

[1] MASCARA est en mesure de détecter des étoiles de magnitude inférieure ou égale à 8,4 – dont la luminosité est quelque dix fois inférieure à celle des étoiles visibles à l’oeil nu par temps clair et par nuit noire. MASCARA est moins sensible aux conditions météo que les autres instruments d’observation, ce qui permet d’effectuer des observations lorsque le ciel est partiellement couvert, et donc d’étendre les temps d’observation.

Plus d'informations

ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le Very Large Telescope (VLT), l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages - VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est également un partenaire majeur pour deux équipements à Chajnantor ; APEX et ALMA, le plus grand projet astronomique existant à ce jour. Et sur le Mont Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire l’Extremely Large Telescope de la classe des 39 mètres, l’ELT, qui sera "l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel".

Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / OSU Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Ignas Snellen
Leiden Observatory
Postbus 9513, 2300 RA Leiden, The Netherlands
Email: snellen@strw.leidenuniv.nl

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1722.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1722fr
Nom:MASCARA
Type:Unspecified : Technology : Observatory : Instrument
Facility:Multi-site All-Sky CAmeRA

Images

Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO
Le chasseur d’exoplanètes MASCARA à l’Observatoire de La Silla de l’ESO

Vidéos

Le nouveau chasseur d’exoplanètes ouvre grand ses yeux
Le nouveau chasseur d’exoplanètes ouvre grand ses yeux

Voir aussi notre