eso1807fr — Communiqué de presse institutionnel

Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes

16 février 2018

Suzanna Randall, astronome à l’ESO, est sur le point de réaliser son rêve de devenir la première femme de nationalité allemande à voyager dans l’espace. Elle a été sélectionnée pour suivre le programme Astronautin, dont l’objectif est de former la première femme astronaute allemande et de l’envoyer en mission de recherche sur la Station Spatiale Internationale. Cette annonce a été faite ce jour lors d’une conférence de presse organisée au siège de l’ESO à Garching en Allemagne.

Le programme Astronautin a été initié en 2016 dans le but d’inciter les jeunes femmes à s’engager dans des carrières relatives à l’espace, à la science, aux mathématiques et à la technologie, avec pour objectif d’envoyer la première femme astronaute allemande dans l’espace. La microgravité régnant dans la Station Spatiale Internationale (ISS), permettra également d’étudier les effets de l’apesanteur sur le corps féminin, [1].

Suzanna Randall a été sélectionnée pour suivre le programme Astronautin sur la base de sa formation scientifique et de ses compétences sportives. Née à Cologne, cette femme de 38 ans a étudié l’astronomie au Royaume-Uni puis préparé et soutenu sa thèse de doctorat à l’Université de Montréal au Canada. Randell occupe actuellement un poste d’astronome à l’ESO.

Suzanna Randall a débuté sa carrière à l’ESO en qualité de boursière de l’ESO. Elle contribue actuellement au projet ALMA, un partenariat international qui exploite le plus grand radiotélescope au monde dans le désert chilien de l’Atacama. Le réseau ALMA se compose de 66 antennes géantes opérant dans les domaines millimétrique et submillimétrique. Cet observatoire astronomique est le plus puissant pour étudier l’Univers froid et lointain [2]. En parallèle, Suzanna Randall étudie l’évolution des étoiles pulsantes de couleur bleue de type sous-naine.  Elle a pratiqué le parapente des années durant, enseigne le yoga et aime les sports d’hiver.

Les astronautes qui participent au programme d’entraînement Astronautin se familiarisent progressivement avec l’environnement de l’ISS, apprennent les systèmes embarqués et les procédures de bord. Le programme inclut également la participation à de nombreuses activités particulièrement exigeantes pour les candidates, tels les vols paraboliques, l’entrainement de survie, une formation au pilotage et une initiation à la robotique.

Suzanna Randall explique ce qui a motivé sa candidature au programme Astronautin : “Je veux prouver qu’il est possible pour les femmes ordinaires d’acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour devenir astronautes. En outre, il me paraît important que les femmes soient représentées à tous les niveaux de la société – en particulier, qu’elles travaillent dans l’espace.

Au cours des deux prochaines années, Suzanna Randall devra se mesurer à Insa Thiele-Eich, une météorologue de 34 ans, pour l’unique place pour participer àune mission spatiale. Thiele-Eich fut sélectionnée pour le programme en avril 2017, aux côtés de la pilote d’Eurofighter Nicola Baumann, parmi 400 candidates. Après que Baumann ait quitté le projet, le comité de sélection a décidé à l’unanimité de donner sa place à Suzanna Randall.

“Nous sommes ravis que Suzanna Randall puisse intégrer le programme en sa qualité d’astrophysicienne” précise Claudia Kessler, initiatrice d’Astronautin.

Suzanna Randall et Insa Thiele-Eich sont soutenues dans leur formation par la société aérospatiale Airbus.  La start-up innovante HYVE collabore avec Astronautin dans le cadre d’une campagne de financement participatif. Ensemble, ils cherchent des idées et des solutions pour financer la mission spatiale de la première femme astronaute allemande.

Notes

[1] La Station Spatiale Internationale (ISS) est un satellite artificiel habitable dont la réalisation constitue le fruit d’un partenariat entre l’Europe, les Etats-Unis, la Russie, le Japon et le Canada. Dotée d’une masse de 360 tonnes, l’ISS offre 820 mètres cube d’espace pressurisé – ce qui suffit pour accueillir un équipage constitué de six astronautes et offrir une gamme étendue d’expériences scientifiques. L’assemblage des différents éléments de la station débuta en novembre 1998.

[2] La résolution d’ALMA est dix fois supérieure à celle du Télescope Spatial Hubble du consortium NASA/ESA. Elle permet d’aborder certaines des questions relatives à nos origines cosmiques. Le vaste réseau d’antennes géantes est utilisé pour étudier les éléments constitutifs des étoiles, les systèmes planétaires, les galaxies, ainsi que la vie elle-même. L’observatoire ALMA utilise une technologie de pointe pour atteindre ses objectifs scientifiques et affronter les rudes conditions des hautes Andes.

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.



Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / Observatoire des Sciences de l'Univers Institut Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Claudia Kessler
Stiftung erste deutsche Astronautin gGmbH
Email: claudia.kessler@dieastronautin.de

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1807.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1807fr
Type:Unspecified : People : Astronaut

Images

Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes
Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes
Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes
Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes
Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes
Une astronome de l’ESO sélectionnée pour suivre le programme d’entraînement des astronautes
ESO Astronomer Selected for Astronaut Training Programme
ESO Astronomer Selected for Astronaut Training Programme
Seulement en anglais
ESO Astronomer Selected for Astronaut Training Programme
ESO Astronomer Selected for Astronaut Training Programme
Seulement en anglais
ESO Astronomer Selected for Astronaut Training Programme
ESO Astronomer Selected for Astronaut Training Programme
Seulement en anglais

Voir aussi notre