eso1125fr-ch — Communiqué de presse photo

Choose your language:

Une superbulle cosmique

20 juillet 2011

Le VLT de l’ESO a réalisé cette magnifique image de la nébuleuse autour de l’amas d'étoiles NGC 1929, dans le Grand Nuage de Magellan, une galaxie satellite de notre Voie Lactée. Un exemple des plus représentatifs de ce que les astronomes appellent une superbulle domine cette nurserie d’étoiles. Cette superbulle est sculptée par les vents provenant d'étoiles jeunes et brillantes et par les ondes de choc résultant d'explosions de supernovae.

Le Grand Nuage de Magellan est une petite galaxie, voisine de la Voie Lactée. Elle renferme de nombreuses régions où les nuages de gaz et de poussière forment de nouvelles étoiles. Une de ces régions, entourant l’amas d’étoiles NGC1929, est dévoilée en gros plan sur cette nouvelle image du VLT (Very Large Telescope) de l’ESO. Cette nébuleuse est connue officiellement sous le nom de LHA 120-N 44 ou simplement N 44. Les jeunes étoiles chaudes de NGC 1929 émettent une intense lumière ultraviolette et font briller le gaz. Ces effets font ressortir ce que l’on nomme fort à propos la superbulle, une vaste enveloppe de matière s’étendant environ sur 325 par 250 années-lumière. En comparaison, l’étoile la plus proche de notre Soleil est à peine plus éloignée de quatre années-lumière.

La superbulle N 44 est le fruit de la combinaison de deux processus. Premièrement les vents stellaires – des vents de particules chargées provenant des étoiles massives et très chaudes du centre de l’amas - ont dégagé la région centrale. Ensuite, des étoiles massives de l’amas ont explosé en supernovae, créant des ondes de choc et repoussant le gaz plus loin vers l'extérieur pour former cette bulle brillante.

Bien que la superbulle soit formée par des forces destructrices, de nouvelles étoiles se forment sur les bords, là où le gaz est compressé. Comparable à du recyclage à l’échelle cosmique, cette nouvelle génération d’étoiles va insuffler une nouvelle vie dans NGC 1929.

Cette image a été créée par l’ESO à partir de données observationnelles identifiées par Manu Mejas, d’Argentine [1], qui a participé à l’édition 2010 du concours d’astrophotographie de l’ESO, “les trésors cachés “[2]. Ce concours était organisé par l’ESO en octobre et novembre 2010, pour tous ceux qui prennent plaisir à réaliser de belles images du ciel nocturne à partir de données astronomiques obtenues en utilisant des télescopes professionnels.

Notes

[1] Manu Mejas a cherché dans les archives de l’ESO et a identifié une série de données qu’il a utilisée pour composer cette image de NGC 1929 et qui fut classée 7e du concours sur pratiquement 100 réponses. Son travail original est visible ici

[2] Le concours « Les Trésors cachés 2010 de l’ESO » a donné l’opportunité aux astronomes amateurs de chercher dans les volumineuses archives de données astronomiques de l’ESO, espérant y dénicher un joyau bien caché n’attendant qu’à être taillé par les concurrents. Pour en savoir plus sur les Trésors Cachés

Plus d'informations

L’ESO - l’Observatoire Européen Austral - est la première organisation intergouvernementale pour l’astronomie en Europe et l’observatoire astronomique le plus productif au monde. L’ESO est soutenu par 15 pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L’ESO conduit d’ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l’astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d’importantes découvertes scientifiques. L’ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l’organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L’ESO gère trois sites d’observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l’ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l’observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l’infrarouge. C’est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L’ESO est le partenaire européen d’ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L’ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d’un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 40 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L’E-ELT sera « l’œil tourné vers le ciel » le plus grand au monde.

Liens

Contacts

Nicolas Cretton
ESO Science Outreach Network
Savosa, Switzerland
Tel: +41 91 81 53 811
Email: eson-switzerland@eso.org

Douglas Pierce-Price
ESO, Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6759
Email: dpiercep@eso.org

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1125.
Bookmark and Share

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1125fr-ch
Nom:LHA 120-N 44
Facility:Very Large Telescope

Images

Superbubble LHA 120-N 44 in the Large Magellanic Cloud
Superbubble LHA 120-N 44 in the Large Magellanic Cloud
Seulement en anglais
Superbubble in the constellation of Dorado
Superbubble in the constellation of Dorado
Seulement en anglais
Wide-field view of the sky around NGC 1929
Wide-field view of the sky around NGC 1929
Seulement en anglais

Vidéos

Zooming in on a superbubble in the Large Magellanic Cloud
Zooming in on a superbubble in the Large Magellanic Cloud
Seulement en anglais

Voir aussi notre