Télescopes et équipements

Comme exposée dans sa convention, la mission de l'ESO consiste à fournir aux astronomes européens des installations de pointe ainsi qu'à promouvoir et à améliorer la coopération en astronomie. Actuellement, l'ESO gère plusieurs observatoires, parmi les plus grands et les plus avancés au monde. Ils sont répartis sur trois sites au nord du Chili: La Silla, Paranal et Chajnantor. Ces sites uniques possèdent des conditions exceptionnelles pour l'observation astronomique dans l'hémisphère austral. D'autres activités, comme le développement technologique, l'organisation de conférences et la mise en place de projets éducatifs, permettent aussi à l'ESO de jouer un rôle décisif dans la constitution d'unEspace Européen de la Recherche pour l'astronomie et l'astrophysique.

Les équipements de l'Observatoire de Paranal

Le très grand télescope (Very Large Telescope (VLT)) au Cerro Paranal est le premier site de l'ESO pour l'observation dans les domaines visible et infrarouge. Les quatre télescopes de 8,20 mètres de diamètre fonctionnent individuellement avec leur propre et importante collection d'instruments.

Le VLT permet également de combiner la lumière de ces quatre télescopes pour fonctionner comme un interféromètre, le Very Large Telescope Interferometer (VLTI). Le VLTI, avec sa propre série d'instruments, atteint maintenant une précision du niveau de la milli-arcseconde en imagerie et de 10 micro-arcsecondes en astrométrie. En plus des quatre télescopes de 8,20 mètres de diamètre, le VLTI est complété par quatre télescopes auxiliaires (AT) de 1,80 mètre de diamètre afin d'améliorer sa résolution et de permettre son utilisation à plein temps durant toutes les nuits de l'année.

Deux télescopes pour de grands relevés d'images sont également en service à l'Observatoire de Paranal. Il s'agit du « VLT Survey Telescope » (VST, de 2,6 mètres de diamètre) pour les opérations dans le visible et du « Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy » (VISTA, de 4 mètres de diamètre) pour l'infrarouge.

Vous pouvez voir le VLT sur Google Maps et dans la galerie d'images publique.

Les équipements de l'Observatoire de La Silla

A l'Observatoire de La Silla, l'ESO exploite trois télescopes majeurs : le télescope de 3,60 mètres de diamètre, le « New Technology Telescope » (NTT) et le télescope de 2,20 mètres de diamètre « Max-Planck-ESO ». Ils sont équipés avec des instruments de pointes conçus entièrement par l'ESO ou par des consortiums extérieurs avec une contribution importante de l'ESO.

Vous pouvez voir La Silla sur Google Map et dans la galerie d'images publique.

 

 

APEX

APEX (Atacama Pathfinder EXperiment) est le fruit d'une collaboration entre l'Institut Max-Planck pour la Radioastronomie pour 50%, l'Observatoire Spatial d'Onsala (OSO) pour 23% et l'Observatoire Européen Austral (ESO) pour 27% afin de construire et d'exploiter une seule et unique parabole, prototype d'antenne d'ALMA modifié, sur le plateau de Chajnantor à une altitude de 5100 mètres. Le télescope a été fourni par VERTEX Antennentechnik de Duisburg en Allemagne. APEX dispose d'une série de spectromètres hétérodynes et de caméras bolométriques grand champ fonctionnant dans la plupart des fenêtres atmosphériques entre 0,2 et 1,14 mm. Le télescope est exploité par l'ESO.

Vous pouvez voir Chajnantor sur Google Map et dans la galerie d'images publique.

 

ALMA

ALMA pour Atacama Large Millimeter/submillimeter Array, est une collaboration internationale pour développer un télescope révolutionnaire conçu pour étudier l'Univers depuis un site situé sur les contreforts des Andes chiliennes. ALMA sera composé initialement de 66 antennes de haute précision observant dans une gamme de longueurs d'onde allant de 0,32 à 3,6 mm. Son réseau de 12-mètres principal disposera de cinquante antennes de 12 mètres de diamètre chacune observant ensemble à la manière d'un seul télescope - un interféromètre. Un réseau compact complémentaire de quatre antennes de 12 mètres et de douze antennes de 7 mètres complétera ce dispositif. Les antennes d'ALMA peuvent être organisées dans des configurations différentes où la distance maximum entre les antennes peut varier de 150 mètres à 16 kilomètres, ce qui dotera à ALMA d'un "zoom" très puissant. Le corrélateur d'ALMA, un ordinateur spécialisé qui combine l'information reçue par les antennes, exécutera un nombre stupéfiant d'opérations à la seconde : 16 000 millions de millions (1,6 x 1016) opérations par seconde.

La construction d'ALMA sera terminée en 2013 mais des observations scientifiques préliminaires avec un réseau partiel ont commencé en 2011. Le projet ALMA est un partenariat entre l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'EST avec la coopération de la République du Chili. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA.

Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la page web d'ALMA.