APEX

Atteindre de nouveaux sommets dans l'astronomie submillimétrique.

The APEX TelescopeL'ESO exploite le télescope Atacama Pathfinder Experiment, APEX, sur le site d'observation le plus haut sur Terre, à une altitude de 5100 mètres, perché sur le plateau de Chajnantor dans la région d'Atacama au Chili.

APEX est un télescope de 12 mètres de diamètre observant dans les longueurs d'ondes millimétrique et submillimétrique. L'astronomie submillimétrique ouvre une fenêtre sur l'Univers froid, poussiéreux et lointain mais les faibles signaux en provenance de l'espace sont en grande partie absorbés par la vapeur d'eau de l'atmosphère terrestre. Chajnantor est le lieu idéal pour un tel télescope, car la région est l'une des plus sèches du monde et son altitude est supérieure de 750 mètres à celle de l'observatoire de Manau Kea et de 2400 mètres à celle duVLT sur le Cerro Paranal.

The APEX TelescopeL'astronomie submillimétrique est un domaine relativement inexploré en astronomie et dévoile un Univers qui ne peut être vu dans la lumière visible et l'infrarouge. Elle permet d'étudier « l'Univers froid » : à ces longueurs, la lumière rayonne depuis de vastes nuages froids de l'espace interstellaire, à des températures dépassant seulement de quelques dizaines de degrés le zéro absolu. Les astronomes utilisent cette lumière pour étudier les conditions physiques et chimiques de ces nuages moléculaires – les régions denses de gaz et de poussière cosmique où naissent les étoiles. Observées en lumière visible, ces régions de l'Univers sont souvent sombres et obscurcies par la poussière, mais elles brillent intensément dans les domaines millimétrique et submillimétrique du spectre de la lumière. Ce domaine de longueur d'ondes est aussi idéal pour étudier certaines des premières et des plus distantes galaxies de l'Univers dont le rayonnement a été décalé vers le rouge.

APEX est le plus grand télescope de l'hémisphère sud observant dans les longueurs d'ondes submillimétrique. Il est équipé d'une série d'instruments mis à disposition des astronomes, dont le plus important est une grande caméra bolométrique nommée LABOCA (the Large APEX Bolometer Camera). LABOCA utilise un ensemble de thermomètres ultra-sensibles - appelés bolomètres- pour détecter la lumière submilimètrique. Avec près de 300 pixels, c'est la plus grande caméra de ce type au monde. Pour pouvoir détecter les plus infimes variations de température dues à la faible radiation submillimétrique, on refroidit les thermomètres à moins de 0,3 degré en dessous du zéro absolu, un glacial -272,85 degrés Celsius. La haute sensibilité de LABOCA et son large champ (1/3 du diamètre de la pleine Lune) en font un outil inestimable pour visualiser l'Univers submillimétrique.

APEX ouvre la voie à ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array), un nouveau télescope révolutionnaire que l'ESO, avec ses partenaires internationaux, est en train de construire sur le plateau de Chajnantor. APEX est basé sur une antenne prototype construite pour le projet ALMA. Il détectera de nombreux objets célestes qu'ALMA pourra étudier de manière beaucoup plus précise.

APEX est une collaboration entre l'Institut Max-Planck pour la Radioastronomie (MPIfR), l'Observatoire Spatial d'Onsala (OSO) et l'ESO. Ce télescope est exploité par l'ESO.

Merci de visiter le site web d'APEX pour plus d'informations.

Plus d'images et de vidéos sont disponibles dans les archives multimédia de l'ESO. Vous pouvez aussi voir APEX "en direct" sur la page "web cam".


La « bande annonce » d’APEX

APEX sur Google map