eso1719fr — Communiqué de presse photo

Le VST capture un magnifique 3 en 1

14 juin 2017

Sur cette gigantesque nouvelle image de trois gigapixels acquise par le Télescope de Sondage (VST) du VLT de l’ESO figure, aux côtés de deux célèbres objets célestes, une troisième structure de renommée moindre – soit, de droite à gauche : le nuage de gaz rougeoyant de faible luminosité baptisé Sharpless 2-54, l’emblématique Nébuleuse de l’Aigle et la Nébuleuse Omega. Ce trio cosmique fait partie d’un vaste complexe de gaz et de poussière au sein duquel naissent des étoiles dont le rayonnement emplit leur environnement.

Sharpless 2-54, la Nébuleuse de l’Aigle et la Nébuleuse Omega se situent à quelque 7 000 années lumière de la Terre – les deux premières appartiennent à la constellation du Serpent, la troisième au Sagittaire (L’Archer). Cette région de la Voie Lactée abrite un vaste nuage de matière propice à la formation d’étoiles. Ainsi, chacune des trois nébuleuses – en particulier les étoiles qui les composent – est née de la condensation suivie de l’’effondrement de la matière composant ce nuage. L’intense rayonnement issu des jeunes étoiles a chauffé le gaz environnant, lui conférant cette teinte rose caractéristique des atomes d’hydrogène qui le constituent.

Deux des objets figurant sur cette image ont été découverts de manière semblable. Les astronomes ont tout d’abord repéré les amas d’étoiles brillantes au sein de Sharpless 2-54 et de la Nébuleuse de l’Aigle. Puis, ils ont identifié les vastes nuages de gaz de luminosité beaucoup plus faible délimitant chacun de ces amas. Ainsi, l’astronome britannique William Herschel a-t-il dans un premier temps – en 1784 – repéré l’amas d’étoiles brillantes composant Sharpless 2-54. Cet amas, référencé NGC 6604 (eso1218), figure sur la gauche de l’image. Le nuage de gaz associé, de luminosité nettement moindre, demeura inconnu jusque dans les années 1950, époque à laquelle l’astronome américain Stewart Sharpless le repéra sur des photographies composant l’Atlas du Ciel du Mont Palomar publié par le National Geographic.

La Nébuleuse de l’Aigle connut une renommée plus rapide. L’astronome suisse Philippe Loys de Chéseaux a découvert son amas d’étoiles brillantes référencé NGC 6611 en 1745 ou 1746 (eso0142). Quelques décennies plus tard, cette région du ciel a fait l’objet d’observations répétées de la part de l’astronome français Charles Messier. Ce dernier offrit une description de la nébulosité en question et la classa à la seizième place de son célèbre catalogue (eso0926).

Concernant la Nébuleuse Omega à présent : de Chéseaux parvint à détecter sa lueur – d’intensité supérieure à celle des deux autres nébuleuses – et la catalogua parmi les nébuleuses dès 1745. Toutefois, le catalogue de l‘astronome suisse souffrait d’une relative confidentialité. Il fallut donc attendre 1764, époque à laquelle Messier l’observa, pour que la Nébuleuse Omega figure parmi les nébuleuses, à la dix-septième place de son célèbre catalogue (eso0925).

Cette image résulte d’observations effectuées au moyen du Télescope de Sondage (VST) du VLT à l’Observatoire Paranal de l’ESO au Chili. Sa coloration est le fruit de la superposition de douzaines d’images de 256 megapixels chacune, acquises par la caméra OmegaCAM installée sur le télescope. Avec ses 3.3 gigapixels, elle constitue l’une des images les plus vastes jamais publiées par l’ESO.

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le Very Large Telescope (VLT), l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages - VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est également un partenaire majeur pour deux équipements à Chajnantor ; APEX et ALMA, le plus grand projet astronomique existant à ce jour. Et sur le Mont Armazones, à proximité de Paranal, l'ESO est en train de construire l’Extremely Large Telescope de la classe des 39 mètres, l’ELT, qui sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / OSU Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1719.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1719fr
Nom:Eagle Nebula, M 16, M 17, Messier 16, Messier 17, Omega Nebula, Swan Nebula
Type:Milky Way : Nebula : Appearance : Emission : H II Region
Facility:VLT Survey Telescope
Instruments:OmegaCAM

Images

Le VST capture trois nébuleuses spectaculaires sur une seule et même image
Le VST capture trois nébuleuses spectaculaires sur une seule et même image
Composantes remarquables de cette vaste image acquise par le VST
Composantes remarquables de cette vaste image acquise par le VST
Nébuleuses à la frontière des constellations du Serpent et du Sagittaire
Nébuleuses à la frontière des constellations du Serpent et du Sagittaire
Le VST capture trois nébuleuses spectaculaires en une seule et même image (annotée)
Le VST capture trois nébuleuses spectaculaires en une seule et même image (annotée)

Vidéos

ESOcast 111 Light: VST captures glowing celestial triplet
ESOcast 111 Light: VST captures glowing celestial triplet
Seulement en anglais
Zoom sur une zone de formation stellaire
Zoom sur une zone de formation stellaire
Composantes remarquables de cette vaste image acquise par le VST
Composantes remarquables de cette vaste image acquise par le VST
The Omega Nebula region seen with the VST
The Omega Nebula region seen with the VST
Seulement en anglais
The region of the Eagle Nebula seen with the VST
The region of the Eagle Nebula seen with the VST
Seulement en anglais
The Sharpless 2-54 region seen with ESO's VST
The Sharpless 2-54 region seen with ESO's VST
Seulement en anglais

Voir aussi notre