eso0925fr-ch — Communiqué de presse photo

Choose your language:

Une nouvelle aquarelle resplendissante de la nébuleuse Oméga

7 juillet 2009

La nébuleuse Oméga, une nurserie stellaire où les jeunes étoiles illuminent et sculptent une vaste aquarelle de gaz et de poussière, est révélée dans toute sa splendeur dans une nouvelle image de l’ESO.

La nébuleuse Oméga, parfois appelée la nébuleuse du Cygne, est une éblouissante nurserie d’étoiles située à environ 5 500 années-lumière dans la constellation du Sagittaire. Cette nébuleuse - région de gaz et de poussière active en formation d’étoiles s’étendant sur 15 années-lumière - a récemment donné naissance à un amas d’étoiles chaudes et massives. La lumière intense et les vents puissants de ce jeune mastodonte sculptent de remarquables structures en filigranes dans la poussière et le gaz.

Regardée avec un petit télescope, elle a une forme qui évoque à certains observateurs la dernière lettre de l’alphabet grec, oméga, alors que d’autres voient un Cygne avec son long cou courbé distinctif. D’autres surnoms ont été trouvés pour ce paysage cosmique très évocateur comme la nébuleuse du Fer à Cheval ou de la Langouste.

L’astronome suisse Jean-Philippe Loys de Chéseaux a découvert cette nébuleuse vers 1745. Le chasseur de comètes français, Charles Messier, l’a redécouverte environ 20 ans plus tard et l’a répertoriée en tant que numéro 17 dans son célèbre catalogue. Au travers d’un petit télescope, la nébuleuse Oméga apparaît comme une énigmatique barre de lumière fantomatique, sur le fond étoilé de la Voie Lactée. Les premiers observateurs se demandaient si cette curiosité était vraiment un nuage de gaz où un amas d’étoiles lointain pas assez lumineux pour être observé avec plus de précision. En 1866, William Huggins a clôt le débat en confirmant que la nébuleuse Oméga était bien un nuage de gaz rougeoyant grâce à l’utilisation d’un nouvel instrument, le spectrographe astronomique.

Ces dernières années, les astronomes ont découvert que la nébuleuse Oméga est l’une des plus jeunes et des plus massives régions de formation d’étoiles dans la Voie Lactée. Cette formation stellaire active a commencé il y a quelques millions d’années et se poursuit encore aujourd’hui. Le gaz brillant montré sur cette image est juste une boursouflure jaillissant du côté d’un bien plus grand nuage sombre de gaz moléculaire. La poussière, tellement proéminente sur cette image, vient des restes d’étoiles chaudes et massives qui ont terminé leur courte vie et éjecté de la matière dans l’espace, ainsi que les détritus cosmiques à partir desquels de futurs soleils se formeront.

Cette nouvelle image, obtenue avec l’instrument EMMI installé sur le télescope de 3.58 mètres NTT (New Technology Telescope) de l’ESO à La Silla au Chili, montre la région centrale de la nébuleuse Oméga de manière extrêmement détaillée. En 2000, un autre instrument appelé SOFI installé sur le NTT a réalisé une autre image frappante de la nébuleuse dans l’Infrarouge, offrant aux astronomes un regard pénétrant à travers la poussière obscurcissante et montrant clairement de nombreuses étoiles préalablement cachées. Le télescope spatial Hubble (ESA/NASA) a également photographié de petites parties de cette nébuleuse (heic0305a et heic0206d) de manière détaillée.

A gauche de l’image, un gigantesque nuage de poussière à la curieuse forme de boîte couvre le gaz rougeoyant. La fascinante palette de couleurs subtiles réparties sur l’image vient de la présence de différents gaz (surtout de l’hydrogène mais aussi de l’oxygène, de l’azote et du soufre) qui rayonnent sous l’effet de la violente lumière ultraviolette émise par les jeunes et chaudes étoiles.

Plus d'informations

L’ESO - l’Observatoire Européen Austral - est la première organisation intergouvernementale pour l’astronomie en Europe et l’observatoire astronomique le plus productif au monde. L’ESO est soutenu par 14 pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L’ESO conduit d’ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l’astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d’importantes découvertes scientifiques. L’ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l’organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L’ESO gère trois sites d’observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. A Paranal, l’ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l’observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde. L’ESO est le partenaire européen d’ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L’ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d’un télescope européen géant – l’E-ELT- qui disposera d’un miroir primaire de 42 mètres de diamètre et observera dans le visible et le proche infrarouge. L’E-ELT sera « l’œil tourné vers le ciel » le plus grand au monde.

Contacts

Martin Steinacher
Staatssekretariat für Bildung und Forschung
Bern, Switzerland
Tel: +41 31 324 23 82
Email: martin.steinacher@sbf.admin.ch

Henri Boffin
ESO
Garching, Germany
Tel: +49 89 3200 6222
Email: hboffin@eso.org

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso0925.
Bookmark and Share

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso0925fr-ch
Legacy ID:PR 25/09
Nom:Omega Nebula, Swan Nebula
Facility:New Technology Telescope

Images

La nébuleuse Oméga
La nébuleuse Oméga
Digitized Sky Survey Image of the Omega Nebula (M 17)
Digitized Sky Survey Image of the Omega Nebula (M 17)
Seulement en anglais

Vidéos

Zoom in on the Omega Nebula
Zoom in on the Omega Nebula
Seulement en anglais
Pan on the Omega Nebula
Pan on the Omega Nebula
Seulement en anglais

Voir aussi notre