eso1222fr-ch — Communiqué de presse photo

ALMA tourne son regard vers Centaurus A

31 mai 2012

Une nouvelle image du centre de la très caractéristique galaxie Centaurus A, réalisée avec ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) met clairement en évidence l’extraordinaire capacité de ce nouvel observatoire pour voir au travers des bandes de poussières opaques qui obscurcissent le centre galactique. ALMA est actuellement dans sa toute première phase d'observations scientifiques et bien qu’il soit encore en construction, il s'affirme déjà comme le plus puissant télescope de sa catégorie. L'observatoire vient tout juste de publier l'Appel à Propositions pour son prochain cycle d'observations, au cours duquel le télescope disposera de capacités d'observation encore accrues.

Centaurus A [1] est une radiogalaxie elliptique massive – une galaxie qui émet d'intenses ondes radio. C'est la radiogalaxie la plus puissante et de loin la plus proche de nous dans le ciel [2]. Centaurus A a donc déjà fait l'objet de nombreuses observations avec différents télescopes. Son centre, très lumineux, héberge un trou noir supermassif dont la masse est 100 millions de fois supérieure à celle du Soleil.

L'observation de cette galaxie dans le domaine visible laisse apparaître une bande sombre qui obscurcit son centre (voir par exemple eso1221). Cette bande de poussières abrite de grandes quantités de gaz, de poussières et d'étoiles jeunes. Ces éléments, combinés à l'intense émission radio, témoignent du fait que Centaurus A résulte d'une collision entre une galaxie elliptique géante et une galaxie spirale de plus petite taille, dont les vestiges constituent la bande de poussières.

Pour pouvoir voir au travers de la bande de poussières centrale, les astronomes doivent observer la galaxie dans les plus grandes longueurs d'onde de la lumière. Cette nouvelle image de Centaurus A combine des observations dans des longueurs d'onde de l'ordre du millimètre, réalisées avec ALMA et des observations dans le proche infrarouge. Elle offre ainsi une vision claire, au travers de la poussière, du centre lumineux de cette galaxie.

Les nouvelles observations effectuées à l'aide d'ALMA figurent en jaune et vert. Elles révèlent la position et le mouvement des nuages de gaz dans la galaxie. Il s'agit des observations de ce type les plus nettes et les plus précises jamais réalisées. ALMA a été programmé pour détecter des signaux émis par les molécules gazeuses de monoxyde de carbone à une longueur d'onde voisine de 1,3 millimètre. Le mouvement du gaz dans la galaxie génère un effet Doppler qui se traduit par de légères modifications de cette longueur d'onde [3]. Ce phénomène se traduit sur l'image par des changements de couleur : les portions vertes révèlent les mouvements de gaz dans notre direction ; les portions jaunes, dans le sens inverse. Il apparaît ainsi que le gaz situé à gauche du centre galactique se déplace dans notre direction, tandis que le gaz situé à droite du centre galactique s'éloigne de nous. Cela signifie que le gaz est en orbite autour de la galaxie.

Les observations effectuées avec ALMA ont été superposées à une image de Centaurus A prise dans le proche infrarouge par l'instrument SOFI installé sur le télescope NTT (New Technology Telescope) de l'ESO. L'image a été réalisée en employant une technique innovante qui supprime l'effet d'écran de la poussière (eso0944). Sur cette image apparaît clairement un anneau d'étoiles et d'amas baignant dans une lumière dorée – il s'agit des lambeaux d'une galaxie spirale éparpillés par l'attraction gravitationnelle de la galaxie elliptique géante.

L'alignement de l'anneau d'étoiles observé par le NTT dans le domaine infrarouge et du gaz vu par ALMA à des longueurs d'onde millimétriques révèle les différents aspects de structures similaires dans la galaxie. Il s'agit là d'un exemple de complémentarité entre les observations effectuées par d'autres télescopes et celles réalisées avec ALMA.

La construction d'ALMA sur le Plateau Chajnantor situé au nord du Chili s'achèvera en 2013, lorsque les 66 antennes de grande précision seront pleinement opérationnelles. La moitié des antennes a déjà été installée (voir ann12035). Les observations scientifique préliminaires ont débuté en 2011 (voir eso1137) et produisent déjà des résultats remarquables (voir par exemple eso1216). Ces observations de Centaurus A effectuées avec ALMA ont été réalisées dans le cadre de la phase de mise en service et de vérification scientifique du télescope.

ALMA (Atacama Large Millimeter/submillimeter Array) est un équipement international pour l'astronomie. Il est le fruit d'un partenariat entre l'Europe, l'Amérique du Nord et l'Asie de l'Est en coopération avec la République du Chili. ALMA est financé en Europe par l'ESO (Observatoire Européen Austral), en Amérique du Nord par la NSF (Fondation Nationale de la Science) en coopération avec le NRC (Conseil National de la Recherche au Canada) et le NSC (Conseil National de la Science à Taïwan), en Asie de l'Est par les Instituts Nationaux des Sciences Naturelles (NINS) du Japon avec l'Académie Sinica (AS) à Taïwan. La construction et les opérations d'ALMA sont pilotées par l'ESO pour l'Europe, par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO) pour l'Amérique du Nord et par le National Astronomical Observatory of Japan (NAOJ) pour l'Asie de l'Est. L'Observatoire commun ALMA (JAO pour Joint ALMA Observatory) apporte un leadership et un management unifiés pour la construction, la mise en service et l'exploitation d'ALMA. 

Notes

[1] Cette galaxie a été baptisée Centaurus A parce qu'elle fut la toute première source majeure d'ondes radio découverte dans la constellation du Centaure dans les années 1950. Elle est également référencée en tant que NGC 5128. Cette galaxie a été découverte par l'astronome britannique James Dunlop le 4 août 1826.

[2] Centaurus A se situe à environ 12 millions d'années-lumière de la Terre dans la constellation australe du Centaure.

[3] L'effet Doppler consiste en des variations de la longueur d'une onde observée par un observateur se déplaçant par rapport à la source émettrice de l'onde. Les molécules des nuages de gaz lointains émettent de la lumière à des longueurs d'onde bien définies ; le mouvement de ces nuages se traduit par de faibles variations des longueurs d'onde reçues.

Plus d'informations

L'année 2012 marque le 50e anniversaire de la création de l'Observatoire Européen Austral (ESO). L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 40 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ». 

Liens

Contacts

Nicolas Cretton
ESO Science Outreach Network
Savosa, Switzerland
Tel: +41 91 81 53 811
Email: eson-switzerland@eso.org

Douglas Pierce-Price
ESO Public Information Officer
Garching, Germany
Tel: +49 89 3200 6759
Email: dpiercep@eso.org

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1222.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1222fr-ch
Nom:Centaurus A
Type:• Local Universe : Galaxy : Activity : AGN
Facility:Atacama Large Millimeter/submillimeter Array

Images

La radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA
La radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA
La curieuse galaxie Centaurus A dans la constellation du Centaure
La curieuse galaxie Centaurus A dans la constellation du Centaure

Vidéos

Zoom sur la radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA
Zoom sur la radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA
Panoramique sur la radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA
Panoramique sur la radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA

Image Comparisons

La radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA (comparaison d'images)
La radiogalaxie Centaurus A, vue par ALMA (comparaison d'images)

Voir aussi notre