eso1006fr-be — Communiqué de presse photo

Un nouveau regard sur Orion

VISTA dévoile les pirouettes à grande vitesse des jeunes étoiles

10 février 2010

La nébuleuse d’Orion révèle un grand nombre de ses secrets cachés dans une image spectaculaire prise par VISTA, le nouveau télescope de l’ESO dédié aux grands relevés du ciel. Le très grand champ de ce télescope offre la possibilité de révéler l’ensemble de la nébuleuse dans toute sa splendeur et « l’œil infrarouge » de VISTA permet également d’observer en profondeur à l’intérieur des régions poussiéreuses normalement cachées et de dévoiler ainsi le curieux comportement des étoiles jeunes et très actives qui y sont enfouies.

VISTA (the Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy) est le tout dernier équipement mis en service à l’Observatoire Paranal de l’ESO (eso0949). C’est le plus grand télescope au monde pour les grands relevés et il est dédié à la cartographie du ciel dans les longueurs d’onde infrarouge. Son grand miroir (4,1 mètres de diamètre), son large champ et ses détecteurs très sensibles en font un instrument unique. Cette nouvelle image spectaculaire de la nébuleuse d’Orion illustre les remarquables capacités de VISTA.

La nébuleuse d’Orion [1] est une vaste nurserie stellaire située à environ 1350 années-lumière de la Terre. Bien que cette nébuleuse soit spectaculaire quand on la regarde avec un télescope ordinaire, ce que l’on peut voir dans la lumière visible n’est qu’une petite partie d’un nuage de gaz dans lequel les étoiles sont en train de se former. La grande majorité de l’activité est profondément enfouie dans des nuages de poussière et pour voir ce qu’il s’y passe réellement les astronomes ont besoin d’utiliser des télescopes équipés de détecteurs sensibles au rayonnement de longue longueur d’onde capables de pénétrer la poussière. VISTA a réalisé une image de la nébuleuse d’Orion à des longueurs d’onde deux fois plus longues que ce que l’œil humain peut détecter.

Comme dans de nombreuses images en lumière visible de cet objet, la nouvelle image à grand champ de VISTA montre la forme familière, semblable à une chauve-souris, de la nébuleuse, au centre de l’image, mais également les fascinantes régions qui l’entourent. En plein cœur de cette région, on trouve les quatre étoiles brillantes qui forment le Trapèze, un groupe de jeunes étoiles très chaudes qui insufflent leur puissant rayonnement ultraviolet, éclaircissant ainsi la région environnante et embrasant le gaz. Toutefois, en observant dans l’infrarouge, VISTA révèle de nombreuses autres jeunes étoiles dans cette région centrale, impossibles à voir en lumière visible.

En regardant la région au dessus du centre de cette image, de curieuses structures rouges, totalement invisibles sauf en infrarouge, apparaissent. Ces structures sont pour beaucoup de très jeunes étoiles qui sont encore en pleine croissance, vues au travers des nuages poussiéreux à partir desquels elles se sont formées. Ces jeunes étoiles éjectent des flots de gaz dont la vitesse typique est de 700 000 km/h. Beaucoup de ces structures rouges mettent en évidence les endroits où ces flots de gaz entrent en collision avec le gaz environnant, générant des émissions en provenance des molécules et des atomes excités du gaz. Sur cette image, il y a aussi quelques structures rouges, moins marquées, sous la nébuleuse d’Orion, montrant qu’ici aussi des étoiles se forment, mais avec beaucoup moins de vigueur. Ces étranges structures présentent un grand intérêt pour les astronomes qui étudient la naissance et l’enfance des étoiles.

Cette nouvelle image révèle la grande capacité du télescope VISTA pour réaliser rapidement et en profondeur des images de larges pans de ciel dans le domaine proche infrarouge du spectre de la lumière. Ce télescope commence à peine à sonder le ciel et les astronomes attendent une riche « moisson de science » avec cet équipement unique de l’ESO.

Notes

[1] La nébuleuse d’Orion se situe dans le glaive du fameux « chasseur céleste » et constitue une des cibles favorites des astronomes amateurs et des astrophysiciens. Elle est faiblement visible à l’œil nu et est apparue, aux premiers observateurs qui l’ont observée avec une lunette astronomique, comme un petit amas d’étoiles bleues-blanches entouré par une mystérieuse brume gris-vert. Cet objet a été décrit pour la première fois au début du XVIIe siècle bien que l’identité de son découvreur reste incertaine. Messier, le chasseur de comètes français a réalisé un croquis précis de ses principaux traits dans le milieu du XVIIIe siècle et lui a attribué le numéro 42 dans son célèbre catalogue. Il a également attribué le numéro 43 à la plus petite région qui se détache juste au dessus de la partie principale de la nébuleuse. Plus tard, William Herschel supposa que la nébuleuse devait être « la matière chaotique de futurs soleils » et les astronomes ont depuis découvert que cette brume était en effet du gaz embrasé sous l’effet du puissant rayonnement ultraviolet d’étoiles jeunes et chaudes récemment formées ici même.

Plus d'informations

L’ESO - l’Observatoire Européen Austral - est la première organisation intergouvernementale pour l’astronomie en Europe et l’observatoire astronomique le plus productif au monde. L’ESO est soutenu par 14 pays : l’Allemagne, l’Autriche, la Belgique, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, l’Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L’ESO conduit d’ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l’astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d’importantes découvertes scientifiques. L’ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l’organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L’ESO gère trois sites d’observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. A Paranal, l’ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l’observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et VISTA, le plus grand télescope pour les grands relevés. L’ESO est le partenaire européen d’ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L’ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d’un télescope européen géant – l’E-ELT- qui disposera d’un miroir primaire de 42 mètres de diamètre et observera dans le visible et le proche infrarouge. L’E-ELT sera « l’œil tourné vers le ciel » le plus grand au monde.

Contacts

Dr. Rodrigo Alvarez
Planetarium, Royal Observatory of Belgium
Brussels, Belgium
Tel: +32-2-474 70 50
Email: rodrigo.alvarez@oma.be

Richard Hook
Survey Telescopes PIO
Garching, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Email: rhook@eso.org

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1006.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1006fr-be
Nom:M 42, M 43, Orion Nebula
Type:• X - Nebulae
Facility:Visible and Infrared Survey Telescope for Astronomy

Images

La vue Infrarouge de VISTA de la nébuleuse d'Orion
La vue Infrarouge de VISTA de la nébuleuse d'Orion
Extracts from the VISTA infrared image of the Orion Nebula
Extracts from the VISTA infrared image of the Orion Nebula
Seulement en anglais
Infrared/visible comparison of the full VISTA Orion Nebula image
Infrared/visible comparison of the full VISTA Orion Nebula image
Seulement en anglais
Infrared/visible comparison of an extract from the VISTA Orion Nebula image
Infrared/visible comparison of an extract from the VISTA Orion Nebula image
Seulement en anglais

Vidéos

ESOcast 14: Orion in a New Light
ESOcast 14: Orion in a New Light
Seulement en anglais
Zooming into VISTA’s infrared view of the Orion Nebula
Zooming into VISTA’s infrared view of the Orion Nebula
Seulement en anglais
Panning across the VISTA infrared view of the Orion Nebula
Panning across the VISTA infrared view of the Orion Nebula
Seulement en anglais
Infrared/visible crossfade of the Orion Nebula
Infrared/visible crossfade of the Orion Nebula
Seulement en anglais
3D animation of the Orion nebula
3D animation of the Orion nebula
Seulement en anglais
3D animation of the Orion nebula
3D animation of the Orion nebula
Seulement en anglais

Voir aussi notre