Kids

eso1706fr — Communiqué de presse scientifique

La naine ultrafroide et les sept planètes

Des exoterres tempérées découvertes au sein d’un système planétaire d’une extraordinaire richesse

22 février 2017

Des astronomes ont découvert un système composé de sept planètes dont la taille avoisine celle de la Terre et distant de 40 années-lumière seulement. Ces planètes ont toutes été détectées lors de leur passage devant leur étoile hôte, une naine ultrafroide cataloguée TRAPPIST-1, au moyen de télescopes au sol et dans l’espace, parmi lesquels figure le Very Large Telescope de l’ESO. Un article à paraître ce jour au sein de la revue Nature précise que trois de ces planètes occupent la zone d’habitabilité et sont susceptibles d’être couvertes d’océans d’eau liquide, augmentant ainsi la probabilité que ce système abrite la vie. Ce système se distingue au travers du très grand nombre d’exoterres qu’il renferme, ainsi que du nombre d’exoterres potentiellement recouvertes d’eau liquide.

Des astronomes utilisant le télescope TRAPPIST–Sud installé à l’Observatoire de La Silla de l’ESO, le Very Large Telescope (VLT) situé à Paranal, le Télescope Spatial Spitzer de la NASA ainsi que d’autres télescopes disséminés dans le monde entier [1], viennent de confirmer l’existence d’au moins sept planètes de petite taille en orbite autour de la naine rouge et froide cataloguée TRAPPIST-1 [2]. L’ensemble des planètes, labellisées TRAPPIST-1b, c, d, e, f, g et h en fonction de la distance croissante à leur étoile hôte, présente des dimensions semblables à celles de la Terre [3].

L’observation des variations de luminosité stellaire générées par le passage de chacune des sept planètes devant leur étoile hôte – des événements baptisés transits – a procuré aux astronomes des informations relatives à leurs tailles, à leurs compositions ainsi qu’à leurs orbites respectives [4]. Il est ainsi apparu qu’au moins six des planètes intérieures sont semblables à la Terre, en termes de taille et de température.

Michael Gillon de l’Institut STAR à l’Université de Liège en Belgique et auteur principal de l’article, se réjouit de cette découverte : “Ce système planétaire est tout à fait surprenant – non seulement parce qu’il abrite un si grand nombre de planètes, mais également parce qu’elles sont toutes étonnamment semblables à notre Terre !”

Dotée d’une masse de 0,08 masse solaire seulement, TRAPPIST-1 est très petite à l’échelle stellaire – à peine plus grosse que la planète Jupiter. Bien que située à relative proximité de la Terre, au sein de la constellation du Verseau, elle paraît très peu brillante. Les astronomes suspectaient la possible présence de nombreuses exoterres à proximité directe de telles étoiles naines, ce qui leur a valu d’être élevées au rang de cibles prometteuses pour la recherche de vie extraterrestre. Toutefois, TRAPPIST-1 est à ce jour le seul et unique système de ce type à avoir fait l’objet d’une détection.

Amaury Triaud, co-auteur de l’étude, de préciser : “Le rayonnement issu d’étoiles naines telle TRAPPIST-1 est bien plus faible que celui émis par notre Soleil. La présence d’eau en surface suppose donc que les planètes se situent à plus grande proximité de leur étoile hôte que les planètes de notre Système Solaire. Par chance, il semble que ce type de configuration compacte existe autour de TRAPPIST-1 !”

L’équipe a  par ailleurs établi que toutes les planètes de ce système sont semblables en terme de taille à la Terre ainsi qu’à Vénus, voire sensiblement plus petites. Les mesures de densité invitent à penser que les six planètes les plus proches de leur étoile hôte sont de composition rocheuse.

En outre, les orbites planétaires sont semblables à celles des satellites joviens – bien inférieures donc à l’orbite de Mercure autour de notre Soleil. Les dimensions restreintes de TRAPPIST-1, sa faible température de surface également, se trouvent compensées par la proximité de ses planètes intérieures : TRAPPIST-1c, d et f reçoivent autant d’énergie en effet que Vénus, la Terre et Mars respectivement.

Chacune des sept planètes détectées au sein de ce système est susceptible d’abriter de l’eau liquide en surface. Leurs distances orbitales respectives permettent toutefois de hiérarchiser les probabilités. Les modèles climatiques suggèrent ainsi que les planètes les plus proches de leur étoile hôte, à savoir TRAPPIST-1b, c et d, sont probablement trop chaudes pour être totalement couvertes d’eau liquide. A l’inverse, TRAPPIST-1h se situe certainement à trop grande distance de TRAPPIST-1 pour que de l’eau liquide existe en surface – à moins que des processus de réchauffement alternatifs n’y surviennent [5]. Parce qu’elles se situent au cœur même de la zone d’habitabilité et sont susceptibles d’abriter des océans, TRAPPIST-1e, f et g constituent, pour les chasseurs d’exoplanètes, des candidates rêvées [6].

Ces nouvelles découvertes font de TRAPPIST-1 une cible privilégiée pour des études ultérieures. Le Télescope Spatial Hubble du consortium NASA/ESA est d’ores et déjà en quête d’informations sur l’existence ou non d’atmosphère autour de ces planètes. Emmanuel Jehin, l’un des membres de l’équipe, est très enthousiaste : “La prochaine génération de télescopes, tels le Télescope géant Européen (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de l’ESO et le Télescope Spatial James Webb du consortium NASA/ESA/CSA, seront bientôt en mesure de détecter de l’eau et peut-être des traces de vie sur ces autres mondes.”

Notes

[1] Outre le Télescope Spatial Spitzer de la NASA, l’équipe a utilisé de nombreux instruments au sol : TRAPPIST–Sud installé à l’Observatoire de La Silla de l’ESO au Chili, HAWK-I qui équipe le Very Large Telescope de l’ESO au Chili, TRAPPIST–Nord au Maroc, le télescope UKIRT de 3,8 mètres à Hawaï, les télescopes Liverpool de 2 mètres et William Herschel de 4 mètres implantés à La Palma dans les Iles Canaries, et le télescope SAAO de 1 mètre en Afrique du Sud.

[2] TRAPPIST-Sud (le petit télescope dédié aux transits des planètes et des planétésimaux situé dans l’hémisphère sud) est un télescope robotique belge de 0,6 mètre de diamètre installé à l’Observatoire de La Silla de l’ESO au Chili et piloté depuis l’Université de Liège. Sa mission consiste principalement à observer le rayonnement en provenance de 60 des naines ultrafroides et des naines brunes – des étoiles dont la masse est trop faible pour que des réactions nucléaires se produisent en leurs cœurs – les plus proches de la Terre, afin de détecter la survenue de transits planétaires. TRAPPIST-Sud et son jumeau TRAPPIST-Nord sont les précurseurs du système SPECULOOS en cours d’installation à l’Observatoire Paranal de l’ESO.

[3] Début 2016, une équipe d’astronomes, également menée par Michael Gillon, annonçait la découverte de trois planètes en orbite autour de TRAPPIST-1. La survenue d’un triple transit – observé au moyen de l’instrument HAWK-1 qui équipe le VLT – les a conduit à intensifier leurs observations de suivi du système. Ce transit démontrait l’existence d’au moins une autre planète autour de l’étoile. Et la courbe de lumière attestait pour la première fois des transits simultanés de trois exoterres tempérées, dont deux situées au sein de la zone habitable.

[4] La méthode des transits est l’une des plus utilisées par les astronomes pour déterminer la présence d’une planète autour d’une étoile. L’observation de la lumière en provenance de l’étoile permet de déceler les éventuelles variations de luminosité qu’engendre le passage d’une planète devant son étoile et le long de la ligne de visée – un phénomène baptisé transit. Lorsqu’une planète décrit une orbite autour de son étoile, elle passe régulièrement devant son étoile hôte, ce qui se traduit par de faibles variations de la luminosité stellaire.

[5] Parmi ces processus figure l’effet de marée généré par l’attraction gravitationnelle de TRAPPIST-1, et qui se traduit par des déformations répétées de la planète, l’apparition de forces de frottement internes et donc le dégagement de chaleur. Ce processus est à l’origine du volcanisme actif sur Io, l’un des satellites de Jupiter. Dans l’éventualité où TRAPPIST-1h aurait conservé une atmosphère primitive riche en hydrogène, son refroidissement pourrait s’effectuer à un rythme très lent.

[6] Cette découverte met au jour le plus vaste échantillon d’exoplanètes orbitant en proche résonance les unes avec les autres. Les astronomes ont précisément mesuré le temps nécessaire à chaque planète du système pour parcourir une orbite complète autour de TRAPPIST-1 – soit leurs périodes de révolution – et en ont déduit le rapport entre la période de chaque planète et celle de la planète voisine plus distante. Les six planètes les plus proches de TRAPPIST-1 présentent des rapports voisins de simples ratios, tel 5:3 ou 3:2. Cela signifie que les planètes se sont vraisemblablement formées simultanément, loin de leur étoile, puis qu’elles se sont déplacées vers l’intérieur du système jusqu’à adopter leur configuration actuelle. Si cette hypothèse se vérifiait, cela signifierait qu’elles sont de faible densité et riches en éléments volatiles et, par voie de conséquence, dotées d’une surface gelée et/ou d’une atmosphère.

Plus d'informations

Ce travail de recherche a fait l’objet d’un article intitulé “Seven temperate terrestrial planets around the nearby ultracool dwarf star TRAPPIST-1”, par M. Gillon et al.,à paraître au sein de la revue Nature.

L’équipe est composée de M. Gillon (Université de Liège, Liège, Belgique), A. H. M. J. Triaud (Institut d’Astronomie, Cambridge, Royaume-Uni), B.-O. Demory (Université de Bern, Bern, Suisse; Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni), E. Jehin (Université de Liège, Liège, Belgique), E. Agol (Université de Washington, Seattle, Etats-Unis; Institut d’Astrobiologie de la NASA, Laboratoire de Planétologie Virtuelle, Seattle, Etats-Unis), K. M. Deck (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, CA, Etats-Unis), S. M. Lederer (Centre Spatial Johnson de la NASA, Houston, Etats-Unis), J. de Wit (Institut de Technologie du Massachusetts, Cambridge, MA, Etats-Unis), A. Burdanov (Université de Liège, Liège, Belgique), J. G. Ingalls (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, Californie, Etats-Unis), E. Bolmont (Université de Namur, Namur, Belgique; Laboratoire AIM Paris-Saclay, CEA/DRF - CNRS - Univ. Paris Diderot - IRFU/SAp, Centre de Saclay, France), J. Leconte (Univ. Bordeaux, Pessac, France), S. N. Raymond (Univ. Bordeaux, Pessac, France), F. Selsis (Univ. Bordeaux, Pessac, France), M. Turbet (Sorbonne Universités, Paris, France), K. Barkaoui (Observatoire Oukaimeden, Marrakesh, Maroc), A. Burgasser (Université de Californie, San Diego, Californie, Etats-Unis), M. R. Burleigh (Université de Leicester, Leicester, Royaume-Uni), S. J. Carey (Institut de Technologie de Californie, Pasadena, CA, Etats-Unis), C. M. Copperwheat (Université John Moores de Liverpool, Liverpool, Royaume-Uni), L. Delrez (Université de Liège, Liège, Belgique; Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni), C. S. Fernandes (Université de Liège, Liège, Belgique), D. L. Holdsworth (Université de Lancashire, Preston, Royaume-Uni), E. J. Kotze (Observatoire Astronomique d’Afrique du Sud, Cape Town, Afrique du Sud), A. Chaushev (Université de Leicester, Royaume-Uni), V. Van Grootel (Université de Liège, Liège, Belgique), Y. Almleaky (Université du Roi Abdulaziz, Jeddah, Arabie Saoudite; Centre du Roi Abdullah dédié aux Observations du Croissant et à l’Astronomie, Makkah Clock, Arabie Saoudite), Z. Benkhaldoun (Observatoire Oukaimeden, Marrakesh, Maroc), P. Magain (Université de Liège, Liège, Belgique), et D. Queloz (Laboratoire Cavendish, Cambridge, Royaume-Uni; Département d’Astronomie, Université de Genève, Suisse).

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / OSU Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Michaël Gillon
University of Liege
Liege, Belgium
Tel: +32 43 669 743
Mobile: +32 473 346 402
Email: michael.gillon@ulg.ac.be

Amaury Triaud
Kavli Exoplanet Fellow, University of Cambridge
Cambridge, United Kingdom
Tel: +44 1223 766 690
Email: aht34@cam.ac.uk

Emmanuël Jehin
University of Liège
Liège, Belgium
Tel: +32 495237298
Email: ejehin@ulg.ac.be

Brice-Olivier Demory
University of Bern
Bern, Switzerland
Tel: +41 31 631 51 57
Mobile: +44 78 66 476 486
Email: brice.demory@csh.unibe.ch

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1706.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1706fr
Nom:2MASS J23062928-0502285, TRAPPIST-1
Type:Milky Way : Star : Circumstellar Material : Planetary System
Facility:Spitzer Space Telescope,TRAnsiting Planets and PlanetesImals Small Telescope–South,Very Large Telescope
Science data:2017Natur.542..456G

Images

Vue d’artiste du système planétaire TRAPPIST-1
Vue d’artiste du système planétaire TRAPPIST-1
Comparaison entre le système TRAPPIST-1 et les lunes de Jupiter dans le Système Solaire
Comparaison entre le système TRAPPIST-1 et les lunes de Jupiter dans le Système Solaire
Comparaison entre le système TRAPPIST-1 et les lunes de Jupiter dans le Système Solaire
Comparaison entre le système TRAPPIST-1 et les lunes de Jupiter dans le Système Solaire
Comparaison entre les tailles des planètes du système TRAPPIST-1 et celles des corps du Système Solaire
Comparaison entre les tailles des planètes du système TRAPPIST-1 et celles des corps du Système Solaire
Courbes de lumière de TRAPPIST-1 montrant les minima causés par les transits de planètes
Courbes de lumière de TRAPPIST-1 montrant les minima causés par les transits de planètes
Les orbites des sept planètes autour de TRAPPIST-1
Les orbites des sept planètes autour de TRAPPIST-1
Observation par le VLT de la courbe de lumière de TRAPISTT-1 au cours du triple transit survenu le 11 décembre 2015
Observation par le VLT de la courbe de lumière de TRAPISTT-1 au cours du triple transit survenu le 11 décembre 2015
Courbes de lumière générées par le transit de chacune des sept planètes du système TRAPPIST-1
Courbes de lumière générées par le transit de chacune des sept planètes du système TRAPPIST-1
Comparaison entre le système TRAPPIST-1 et le Système Solaire interne
Comparaison entre le système TRAPPIST-1 et le Système Solaire interne
L’étoile naine extrêmement froide TRAPPIST-1 dans la constellation du Verseau
L’étoile naine extrêmement froide TRAPPIST-1 dans la constellation du Verseau
Comparaison entre le Soleil et l’étoile naine extrêmement froide TRAPPIST-1
Comparaison entre le Soleil et l’étoile naine extrêmement froide TRAPPIST-1
Image d’artiste figurant une vue depuis l’une des planètes du système TRAPPIST-1
Image d’artiste figurant une vue depuis l’une des planètes du système TRAPPIST-1
Vues d’artiste des planètes composant le système TRAPPIST-1 et des planètes rocheuses du Système Solaire
Vues d’artiste des planètes composant le système TRAPPIST-1 et des planètes rocheuses du Système Solaire
Vue d’artiste du système TRAPPIST-1
Vue d’artiste du système TRAPPIST-1
Comparaison entre les planètes de TRAPPIST-1
Comparaison entre les planètes de TRAPPIST-1
Sept planètes en orbite autour de la naine ultrafroide TRAPPIST-1
Sept planètes en orbite autour de la naine ultrafroide TRAPPIST-1
Vue d’artiste depuis l’orbite d’une planète distante au sein du système planétaire TRAPPIST-1
Vue d’artiste depuis l’orbite d’une planète distante au sein du système planétaire TRAPPIST-1
Vue d’artiste depuis l’orbite d’une planète située au cœur du système planétaire TRAPPIST-1
Vue d’artiste depuis l’orbite d’une planète située au cœur du système planétaire TRAPPIST-1

Vidéos

La naine ultrafroide et les sept planètes
La naine ultrafroide et les sept planètes
7 exoterres découvertes au sein d’un système stellaire proche
7 exoterres découvertes au sein d’un système stellaire proche
Animation des planètes en orbite autour de TRAPPIST-1
Animation des planètes en orbite autour de TRAPPIST-1
Survol du système planétaire TRAPPIST-1
Survol du système planétaire TRAPPIST-1
Voyage vers TRAPPIST-1 et ses sept planètes
Voyage vers TRAPPIST-1 et ses sept planètes
Voyage de la Terre à TRAPPIST-1
Voyage de la Terre à TRAPPIST-1
Animation des planètes en orbite autour de TRAPPIST-1
Animation des planètes en orbite autour de TRAPPIST-1
Vue depuis la planète TRAPPIST-1f
Vue depuis la planète TRAPPIST-1f
Vue depuis l’orbite de TRAPPIST-1b
Vue depuis l’orbite de TRAPPIST-1b
Vidéo pleine voûte du système TRAPPIST-1
Vidéo pleine voûte du système TRAPPIST-1
Virtual reality view of the TRAPPIST-1 planetary system
Virtual reality view of the TRAPPIST-1 planetary system
Seulement en anglais
TRAPPIST-1 planetary system seen from above (fullldome)
TRAPPIST-1 planetary system seen from above (fullldome)
Seulement en anglais

Voir aussi notre