ann16017-fr-ch — Annonce

Début de planification des instruments MOS et HIRES pour l’E-ELT

e plus grand télescope au monde reçoit les meilleurs instruments

23 mars 2016

Chercheurs et ingénieurs ont commencé à établir le cahier des charges des deux nouveaux instruments qui rejoindront la suite d’instruments du télescope géant européen (European Extremely Large Telescope, E-ELT), le dernier projet de l’ESO en date. MOS (Multi-Object Spectrograph, le spectrographe multiobjet) et HIRES (High Resolution Spectrograph, le spectrographe haute résolution) seront les instruments les plus performants d’un télescope destiné à être le plus grand au monde.

Le contrat pour la réalisation des études de conception de MOS a été signé le 18 mars 2016 par l’ESO et le CNRS-INSU comme chef de file du consortium MOSAIC [1]. L’instrument alliera haute résolution spectrale et résolution spatiale, et effectuera des études à large champ en utilisant les bandes visible et infrarouge du spectre. Il permettra aux astronomes de sonder certains des plus grands mystères de l’Univers : quand les premières galaxies se sont-elles formées et comment ont-elles fusionné en larges structures telles que la Voie lactée ; comment la matière ordinaire et la matière noire sont-elles distribuées dans l’Univers ; et comment des planètes en orbite autour d’autres étoiles peuvent-elles se constituer et évoluer ?

Le contrat de lancement des études de conception de HIRES a été signé le 22 mars 2016 par l’ESO et le consortium HIRES, dirigé par l’INAF [2]. HIRES est un spectrographe très haute résolution qui fonctionne simultanément dans le visible et dans l’infrarouge, et qui permettra d’étudier des objets individuels de manière précise et détaillée. Il pourra par exemple étudier l’atmosphère de planètes en orbite autour d’autres étoiles, à la recherche de signes de vie ; il permettra aux astronomes de révéler les caractéristiques de la première génération d’étoiles de l’Univers primordial et de déterminer si certaines constantes fondamentales en physique (comme le rapport de masse proton/électron), qui régissent la plupart des processus physiques dans l’Univers, changent en réalité d’une époque cosmique à l’autre.

Les deux collaborations qui constituent ces consortiums sont parmi les plus larges jamais mise en place pour construire des instruments astronomiques, illustrant l’effort international impliqué pour monter ces deux spectrographes.

Les instruments de ce type sont des outils essentiels à tout télescope moderne – ces spectrographes performants exploiteront au mieux la puissance considérable de captage de la lumière du miroir principal de 39 mètres de l’E-ELT, pour une performance inégalée.

Notes

[1] Le consortium MOSAIC comprend des institutions de 11 pays :

Observatoire de Paris ; Laboratoire d’Astrophysique de Marseille ; IRAP, Toulouse (France) ; UK Astronomy Technology Centre ; Rutherford Appleton Laboratory ; RALSPACE, Oxford ; Oxford University ; Durham University (Royaume-Uni) ; IAG, São Paulo ; National Astrophysical Laboratory, Itajuba (Brésil) ; Amsterdam University ; NOVA, Leiden Observatory, Universiteit Leiden (Pays-Bas) ; Leibniz Institute for Astrophysics, Potsdam (Allemagne) ; Helsinki University (Finlande) ; Stockholm University (Suède) ; Complutense University of Madrid (Espagne) ; Roma Observatory (Italie) ; Vienna University (Autriche) ; Lisboa University (Portugal) ;

[2] Le consortium HIRES comprend des institutions de 12 pays :

Board of Observational Astronomy, Federal University of Rio Grande do Norte ; Mauá Institute of Technology (Brésil) ; Pontificia Universidad Catolica de Chile, Centre of Astro Engineering ; Universidad de Chile, Department of Astronomy ; Universidad de Concepcion, Center of Astronomical Instrumentation ; Universidad de Antofagasta (Chili) ; Niels Bohr Institute at the University of Copenhagen ; Institute of Physics and Astronomy at the University of Aarhus (Danemark) ; Laboratoire d’Astrophysique de Marseille ; Institut de Planétologie et d’Astrophysique de Grenoble ; Laboratoire Lagrange de l’Observatoire de la Côte d’Azur (France) ; Leibniz Institute for Astrophysics, Potsdam ; Institut für Astrophysik, Universität Göttingen ; Zentrum für Astronomie Heidelberg, Landessternwarte ; Thüringer Landesternwarte Tautenburg ; Hamburger Sternwarte, Universität Hamburg (Allemagne) ; Istituto Nazionale di AstroFisica (Italie – chef de file) ; Nicolaus Copernicus University in Toruń, Faculty of Physics, Astronomy and Informatics (Pologne) ; Instituto de Astrofísica e Ciências do Espaço au Centro de Investigação em Astronomia/Astrofísica da Universidade do Porto et à la Faculdade de Ciências da Universidade de Lisboa ; Instituto de Astrofísica de Canarias ; Instituto de Astrofísica de Andalucía-CSIC ; Centro de Astrobiología (Espagne) ; Department of Physics and Astronomy, Uppsala University (Suède) ; Université de Genève, Département d’Astronomie (Observatoire de Genève) ; Universität Bern, Physikalische Institut (Suisse) ; Cavendish Laboratory University of Cambridge ; Institute of Astronomy University of Cambridge ; UK Astronomy Technology Centre ; Centre for Advanced Instrumentation - Durham University ; Institute of Photonics and Quantum Sciences (School of Engineering and Physical Sciences, Heriot-Watt University) (Royaume-Uni)

À propos de l'annonce

Identification:ann16017

Images

Bird's-eye view of the ELT
Bird's-eye view of the ELT
Seulement en anglais