eso1503fr-ch — Communiqué de presse photo

Images du globule cométaire CG4 acquises par le VLT

La gueule du monstre

28 janvier 2015

Sur cette nouvelle image acquise par le Très Grand Télescope (VLT) de l'ESO, le globule cométaire CG4 présente l'aspect menaçant d'une énorme créature céleste à la bouche béante. La taille et la luminosité de cette nébuleuse sont bien plus modestes qu'il n’y paraît. Cet objet est donc difficile à repérer pour les astronomes amateurs. La nature exacte de CG4 demeure à ce jour méconnue.

En 1976, plusieurs objets de forme oblongue, semblables à des comètes, apparurent sur des clichés acquis au moyen du Télescope de Schmidt britannique opérant en Australie. En raison de leur aspect, et bien qu'ils n'aient rien de commun avec les comètes, ils furent baptisés globules cométaires. Tous occupaient cette région du ciel nommée Nébuleuse de Gum et constituée d'un nuage de gaz lumineux. Ils étaient dotés de faces avant denses, sombres et poussiéreuses ainsi que de longues queues faiblement lumineuses pointant bien souvent dans la direction opposée au reste de supenova de Vela qui occupe le centre de la Nébuleuse de Gum. Bien qu'ils soient situés à relative proximité, les astronomes mirent du temps à découvrir ces objets. Et pour cause : leur faible brillance les rend particulièrement difficiles à détecter.

CG4, l'objet figurant sur cette image, parfois également baptisé La Main de Dieu, est l'un de ces globules cométaires. Il se situe à quelque 1300 années-lumière de la Terre dans la constellation de la Poupe.

La face avant de CG4, nettement visible sur cette image, évoque la tête d'un monstre – son diamètre est de 1,5 année-lumière. La queue du globule – qui s'étend bien au-delà des limites inférieures de l'image – avoisine les huit années-lumière. Les standards astronomiques permettent de l'assimiler à un nuage de modestes dimensions.

La taille réduite caractérise l'ensemble des globules cométaires. De même leur isolement spatial. Plus généralement, ils consistent en de petits nuages de gaz neutre et de poussière entourés de matière chaude et ionisée, et parsèment la Voie Lactée.

La face avant de CG4 est constituée d'un épais nuage de gaz et de poussière illuminé par des étoiles du voisinage. Le rayonnement en provenance de ces étoiles détruit progressivement la face avant du globule, érodant les minuscules particules qui diffusent la lumière stellaire. Toutefois, le nuage poussiéreux de CG4 renferme encore suffisamment de gaz pour donner naissance à plusieurs étoiles de même type que le Soleil. Les observations montrent que de nouvelles étoiles s'y forment en effet, sous l'impulsion sans doute du rayonnement émis par les étoiles de la Nébuleuse de Gum.

La raison pour laquelle CG4 et les autres globules cométaires sont dotés d'une forme si caractéristique fait aujourd'hui encore l'objet de débats au sein de la communauté des astronomes. Deux théories ont été avancées : l'une suppose que les globules cométaires, et notamment CG4, pourraient constituer les vestiges de nébuleuses sphériques dont le contenu matériel a été dispersé sous l'effet d'explosions de supernovae à relative proximité. L'autre théorie envisage la possibilité que la forme des globules cométaires résulte des vents stellaires et du rayonnement ionisant émis par des étoiles chaudes et massives de type OB. S'ensuivrait la formation de régions baptisées trompes d'éléphants, puis éventuellement celle de globules cométaires.

Pour en savoir plus, les astronomes ont besoin de connaître la masse, la densité, la température des globules, ainsi que les vitesses animant la matière dont ils sont constitués. Ces données peuvent être déduites de l'analyse des raies moléculaires obtenues à des longueurs d'onde millimétriques par exemple – domaine de prédilection des télescopes tel qu'ALMA (Vaste Réseau Sub-Millimétrique de l'Atacama).

Cette image est issue du programme Joyaux Cosmiques de l'ESO dont l'objectif est de produire, à des fins d'enseignement et de diffusion auprès du grand public, des images intéressantes, intrigantes ou visuellement attractives d'objets célestes au moyen des télescopes de l'ESO. Le programme utilise du temps de télescope qui ne peut être dévolu à des observations scientifiques. L'ensemble des données collectées peut être utilisé à des fins scientifiques, et est accessible aux astronomes au travers des archives scientifiques de l'ESO. 

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / Institut Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Richard Hook
ESO education and Public Outreach Department
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1503.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1503fr-ch
Nom:CG4
Type:Milky Way : Nebula : Type : Star Formation
Facility:Very Large Telescope
Instruments:FORS1

Images

Image du globule cométaire CG4 acquise par le VLT
Image du globule cométaire CG4 acquise par le VLT
Le globule cométaire CG4 dans la constellation de la Poupe
Le globule cométaire CG4 dans la constellation de la Poupe
Vue à grand champ du ciel qui entoure le globule cométaire CG4
Vue à grand champ du ciel qui entoure le globule cométaire CG4

Vidéos

Zoom sur le globule cométaire CG4
Zoom sur le globule cométaire CG4
Panoramique sur une image du globule cométaire CG4 acquise par le VLT
Panoramique sur une image du globule cométaire CG4 acquise par le VLT

Voir aussi notre