eso1607fr-be — Communiqué de presse photo

Le royaume des géantes ensevelies

2 mars 2016

Sur cette nouvelle image panoramique, des nuages de gaz rougeoyant sont éclairés par de rares étoiles massives tout récemment formées et encore profondément enfouies dans d'épais nuages de poussière. Ces très jeunes étoiles brûlantes constituent d'éphémères actrices du théâtre cosmique dont l'origine demeure empreinte de mystère. La vaste nébuleuse dont sont issues ces géantes, ainsi que son proche environnement, figurent en détail sur cette image acquise par le télescope de sondage (VST) installé sur le VLT de l'ESO à l'Observatoire de Paranal au Chili.

RCW 106 est un vaste nuage de gaz et de poussière situé à quelque 12 000 années-lumière de la Terre dans la constellation australe de La Règle (L'équerre du charpentier). Sa dénomination résulte de la 106ème place qu'elle occupe au sein du catalogue des régions HII du Sud de la Voie Lactée [1]. Les régions HII telle RCW 106 consistent en des nuages de gaz d'hydrogène ionisé par l'intense rayonnement en provenance de jeunes étoiles brûlantes, qui brillent et arborent de merveilleuses, voire de surprenantes formes.

RCW 106 est en apparence constitué du seul nuage rougeoyant situé au-dessus du centre de cette nouvelle image. Dans la réalité, il s'étend bien au-delà de cette limite visible, la majeure partie de cette vaste région HII se trouvant masquée par la poussière. Beaucoup d'autres objets différents figurent sur cette image à grand champ acquise par le VST. Citons, à titre d'exemples, les filaments situés à droite de l'image, ou vestiges d'une ancienne supernova, ainsi que les filaments rouge rayonnant dans l'angle inférieur gauche de l'image qui entourent une étoile très chaude et particulièrement inhabituelle [2]. Des zones de poussière sombre parsèment également ce paysage cosmique.

Les astronomes ont longuement étudié RCW 106 – non pas les nuages rougeoyants qui le constituent, mais plutôt la mystérieuse origine des étoiles massives et puissantes qu'ils abritent. Bien qu'elles soient extrêmement brillantes, ces étoiles ne peuvent être observées dans le domaine visible. Parce qu'elles nichent au sein d'épais nuages de poussière, seuls des clichés de cette région pris à des longueurs d'ondes plus étendues sont en mesure de révéler leur existence.

Le processus conduisant à la naissance d'étoiles moins massives tel que le Soleil est bien connu : à mesure que des nuages de gaz s'effondrent sous l'effet de leur propre gravité, la densité et la température augmentent et des réactions de fusion nucléaire s'enclenchent. Ce scénario ne semble pas totalement adapté aux étoiles plus massives qui peuplent des régions telle RCW 106 : ces étoiles, que les astronomes classent parmi les étoiles de type O, sont dotées de masses équivalant à plusieurs dizaines de masses solaires. La façon dont elles parviennent à amasser et contenir tant de gaz pour se former n'est pas clairement définie.

Les étoiles de type O naissent probablement au sein des régions les plus denses des nébuleuses telle RCW 106. Les étudier constitue un véritable défi : en plus d'être cachées derrière d'épais nuages de poussière, les étoiles de type O ont des durées de vie extrêmement courtes. En quelques dizaines de millions d'années, elles ont consommé tout leur combustible nucléaire en effet, tandis que cette phase s'étend sur des dizaines de milliards d'années pour les étoiles moins massives. La difficulté de constituer une étoile de cette masse d'une part, la brièveté de leur existence d'autre part, expliquent leur rareté – les étoiles de type O ne représentent qu'une étoile sur trois millions dans notre environnement cosmique. En outre, aucune des étoiles de type O connue ne se situe à proximité suffisante pour permettre leur étude détaillée. Pour toutes ces raisons, le processus de formation de ces éphémères géantes stellaires demeure aujourd'hui encore mystérieux. Seule leur impressionnante capacité à faire briller des régions HII telles que celle-ci nous est accessible.

Notes

[1] Le catalogue a été constitué en 1960 par trois astronomes de l'Observatoire du Mont Stromlo en Australie. Le préfixe RCW résulte de la combinaison de leurs noms : Rodgers, Campbell et Whiteoak.

[2] Le vestige de supernova baptisé SNR G332.4-00.4 est également connu sous l'appellation RCW 103. Il est vieux de quelque 2000 ans. Les filaments inférieurs sont ceux de RCW 104, et entourent l'étoile de type Wolf–Rayet notée WR 75. Bien que ces objets portent la désignation RCW, des études plus poussées ont montré qu'aucun d'eux ne constituait une région HII.

Plus d'informations

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel.

Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / Institut Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Richard Hook
ESO education and Public Outreach Department
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1607.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1607fr-be
Nom:RCW 106
Type:Milky Way : Star : Type : Wolf-Rayet
Milky Way : Nebula : Type : Star Formation
Milky Way : Nebula : Type : Supernova Remnant
Facility:VLT Survey Telescope
Instruments:OmegaCAM

Images

Le ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106
Le ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106
Le ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106 (vue étendue)
Le ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106 (vue étendue)
Le ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106 (image annotée)
Le ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106 (image annotée)
La région de formation d'étoiles RCW 106 dans la constellation de La Règle
La région de formation d'étoiles RCW 106 dans la constellation de La Règle

Vidéos

Vue rapprochée du ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106
Vue rapprochée du ciel qui entoure la région de formation d'étoiles RCW 106

Voir aussi notre