eso2105fr-be — Communiqué de presse scientifique

Des astronomes capturent l’image des champs magnétiques situés en périphérie du trou noir de la galaxie M87

24 mars 2021

Après avoir acquis la toute première image d’un trou noir, la collaboration de l’Event Horizon Telescope (EHT) révèle ce jour l’aspect, en lumière polarisée, de l’objet massif situé au centre de la galaxie Messier 87 (M87). C’est la toute première fois que les astronomes peuvent mesurer la polarisation, une signature des champs magnétiques, à si grande proximité du pourtour d’un trou noir. Ces observations permettent de mieux comprendre la façon dont la galaxie M87, distante de quelque 55 millions d’années lumière, est capable d’éjecter des flux énergétiques depuis son noyau.

« Nous sommes en train d’acquérir l’indispensable élément de compréhension du comportement des champs magnétiques autour des trous noirs, et de l’impact, sur cette région extrêmement compacte, de toute cette activité sur la génération de puissants jets qui s’étendent bien au-delà de la galaxie » détaille Monika Mościbrodzka, coordinatrice de Groupe de Travail sur la Polarimétrie de l’EHT et Professeur adjointe à l’Université Radboud aux Pays-Bas.

Le 10 avril 2019, les scientifiques ont publié la toute première image d’un trou noir, révélant l’existence d’une structure annulaire brillante en périphérie d’une région centrale sombre – l’ombre du trou noir. Depuis lors, la collaboration EHT a approfondi les données acquises en 2017 sur l’objet supermassif situé au coeur de la galaxie M87. Ils ont découvert qu’une fraction significative de la lumière encerclant le trou noir de M87 est polarisée.

« Ces travaux constituent une réelle avancée : la polarisation de la lumière est porteuse d’informations nous permettant de mieux comprendre les processus physiques à l’œuvre derrière l’image acquise en avril 2019, ce qui était impossible auparavant », précise Iván Martí-Vidal, également Coordinateur du Groupe de Travail sur la Polarimétrie de l’EHT et Chercheur Emérite du GenT à l’Université de Valence en Espagne. D’ajouter : “l’acquisition de cette nouvelle image en lumière polarisée a requis des années de travail, durant lesquelles des techniques complexes ont été utilisées pour obtenir et analyser les données.”

La lumière se polarise lorsqu’elle traverse certains filtres, tels les verres des lunettes de Soleil polarisantes, ou lorsqu’elle provient de régions de l’espace caractérisées par des températures élevées et la présence de champs magnétiques. Tout comme les lunettes de Soleil polarisées améliorent notre vue en réduisant les reflets et l’éblouissement générés par des surfaces brillantes, les astronomes peuvent affiner leur vision d’une région située en périphérie d’un trou noir en examinant la polarisation de la lumière qui en est issue. Plus précisément, la polarisation permet aux astronomes de cartographier les lignes de champ magnétique bordant le pourtour du trou noir.

« Les images polarisées nouvellement publiées sont essentielles pour comprendre la façon dont le champ magnétique aide le trou noir à « se nourrir » de la matière environnante et à émettre de puissants jets » ajoute Andrew Chael, membre de la collaboration EHT, membre du NASA Hubble au Centre Princeton dédié à la Science Théorique et de la Princeton Gravity Initiative aux Etats-Unis.

Les puissants jets de matière et d’énergie émis par le noyau de M87 s’étendent sur plus de 5000 années lumière. Ils constituent l’une des caractéristiques les plus mystérieuses et les plus énergétiques de la galaxie. La plupart de la matière située à proximité de l’horizon d’un trou noir s’y déverse. Toutefois, certaines des particules environnantes s’échappent quelques instants avant d’être capturées, puis sont projetées loin dans l’espace sous la forme de jets.

Afin de mieux comprendre ce processus, les astronomes ont utilisé différents modèles décrivant le comportement de la matière à proximité d’un trou noir. Toutefois, ils ne comprennent pas encore totalement la façon dont des jets de dimension supérieure à celle de la galaxie sont expulsés par les régions centrales, comparables en termes de taille à celle du Système Solaire, ni la manière dont la matière tombe dans le trou noir. La nouvelle image du trou noir et de son ombre en lumière polarisée a permis aux astronomes de la collaboration EHT de sonder, pour la toute première fois, la région située en proche périphérie du trou noir au sein de laquelle interagissent la matière entrante et la matière éjectée.

Ces observations offrent de nouvelles informations relatives à la structure des champs magnétiques situés en proche périphérie du trou noir. Il est ainsi apparu que seuls les modèles théoriques postulant l’existence d’un gaz fortement magnétisé rendent compte des observations de la collaboration EHT au niveau de l’horizon des événements.

“Les observations suggèrent que les champs magnétiques présents sur le pourtour du trou noir sont suffisamment puissants pour repousser le gaz de température élevée et l’aider à résister à l’attraction gravitationnelle du trou noir. Seul le gaz qui traverse le champ peut tourbillonner vers l’intérieur, jusqu’à l’horizon des événements” précise Jason Dexter, Professeur adjoint à l’Université Boulder du Colorado, Etats-Unis, et Coordinateur du Groupe de Travail sur la Théorie à l’EHT.

Afin d’observer le centre de la galaxie M87, la collaboration a associé huit télescopes répartis dans le monde entier – parmi lesquels figurent le Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l’Atacama (ALMA) et l’Atacama Pathfinder Experiment (APEX) opérant tous deux depuis le nord du Chili, et dont l’Observatoire Européen Austral (ESO) est partenaire. Ainsi, l’EHT constitue un télescope virtuel de la taille de la Terre. L’impressionnante résolution des images acquises au moyen de l’EHT permettrait de mesurer la taille d’une carte de crédit à la surface de la Lune.

« Grâce à ALMA et APEX qui, par leur situation méridionale améliorent la qualité de l’image en étendant le réseau EHT à l’hémisphère Sud, les scientifiques européens ont pu jouer un rôle central dans cette étude » ajoute Ciska Kemper, scientifique du programme européen ALMA à l’ESO. « Avec ses 66 antennes, ALMA s’est imposé lors de la collecte globale du signal en lumière polarisée, tandis qu’APEX se révéla essentiel pour la calibration de l’image. »

« Les données d’ALMA se sont avérées essentielles pour calibrer, imager et interpréter les observations de l’EHT, imposant de strictes contraintes aux modèles théoriques rendant compte du comportement de la matière à proximité de l’horizon des événements d’un trou noir », précise Ciriaco Goddi, scientifique à l’Université Radboud et à l’Observatoire de Leiden aux Pays-Bas, qui a dirigé une étude annexe reposant sur les seules observations d’ALMA.

Le dispositif de l’EHT a permis à l’équipe d’observer directement l’ombre du trou noir et l’anneau de lumière qui l’encercle. La nouvelle image en lumière polarisée montre clairement que l’anneau est magnétisé. Les résultats de cette étude font l’objet de la publication, ce jour, de deux articles distincts au sein de The Astrophysical Journal Letters par la collaboration EHT. Ce travail de recherche a impliqué plus de 300 chercheurs issus de divers organismes et universités du monde entier.

“L’EHT progresse rapidement, bénéficiant d’innovations technologiques et de l’ajout constant de nouveaux observatoires au réseau initial. Nous nous attendons à ce que les futures observations de l’EHT révèlent avec une précision accrue la structure du champ magnétique autour du trou noir et les processus physiques qui gouvernent le gaz chaud présent dans cette région”, conclut Jongho Park, membre de la collaboration EHT et membre de de l’Association des principaux Observatoires de l’Asie de l’Est à l’Institut d’Astronomie et d’Astrophysique de l’Academie Sinica à Taipei.

Plus d'informations

Cette étude a fait l’objet de la publication, ce jour, au sein de la revue The Astrophysical Journal Letters, de deux articles distincts : "First M87 Event Horizon Telescope Results VII: Polarization of the Ring" et "First M87 Event Horizon Telescope Results VIII: Magnetic Field Structure Near The Event Horizon" par la collaboration EHT. Ces deux publications sont accompagnées d’un article intitulé  "Polarimetric properties of Event Horizon Telescope targets from ALMA" par Goddi, Martí-Vidal, Messias et la collaboration EHT, accepté pour publication au sein de The Astrophysical Journal Letters.

La collaboration EHT implique plus de 300 chercheurs issus des continents africain, asiatique, européen, nord et sud américains. Cette collaboration internationale vise à capturer les images de trous noirs les plus détaillées possible en créant un télescope virtuel de la taille de la Terre. Soutenue par un formidable élan international, l’EHT associe des télescopes existants au moyen de systèmes novateurs, créant ainsi un nouvel instrument doté du pouvoir de résolution angulaire le plus élevé à ce jour.

Parmi les télescopes utilisés figurent : ALMA, APEX, le télescope de 30 mètres de l’Institut de Radioastronomie Millimétrique (IRAM), l’Observatoire NOEMA de l’IRAM, le télescope James Clerk Maxwell (JCMT), le Large Millimeter Telescope (LMT), le Submillimeter Array (SMA), le Submillimeter Telescope (SMT), le South Pole Telescope (SPT), le Kitt Peak Telescope, et le Greenland Telescope (GLT).

Le consortium EHT se compose de 13 instituts partenaires : l’Institut d’Astronomie et d’Astrophysique de l’Academie Sinica, l’Université d’Arizona, l’Université de Chicago, l’Observatoire Est Asiatique, l’Université Goethe de Frankfort, l’Institut de Radioastronomie Millimétrique, le Large Millimeter Telescope, l’Institut Max Planck dédié à la Radioastronomie, l’Observatoire Haystack du MIT, l’Observatoire National Astronomique du Japon, l’Institut Perimeter de Physique Théorique, l’Université Radboud et l’Observatoire Astrophysique Smithsonian.

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 16 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l’Irlande, l'Italie, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est l'un des plus grands télescopes conçus exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope géant (ELT pour Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

Le Vaste Réseau (Sub-)Millimétrique de l’Atacama (ALMA), une installation astronomique internationale, est le fruit d’un partenariat entre l'ESO, la U.S. National Science Foundation (NSF) et le National Institutes of Natural Sciences (NINS) du Japon en coopération avec la République du Chili. ALMA est financé par l'Observatoire Européen Austral (ESO) pour le compte de ses Etats membres, la NSF en coopération avec le National Research Council du Canada (NRC), le National Science Council of Tawain (NSC) et le NINS en coopération avec l’Academia Sinica (AS) à Taiwan et le Korea Astronomy and Space Science Institute (KASI). La construction et la gestion d'ALMA sont supervisées par l'ESO pour le compte de ses Etats membres, par le National Radio Astronomy Observatory (NRAO) dirigé par Associated Universities, Inc (AUI) en Amérique du Nord, et par le National Astronomical Observatory of Japan (NAOJ) pour l'Asie de l'Est. L’Observatoire commun ALMA (JAO pour Joint ALMA Observatory) apporte un leadership et un management unifiés pour la construction, la mise en service et l’exploitation d’ALMA.

Le groupe de travail BlackHoleCam a reçu la subvention Synergy de 14 millions d’euros du Conseil Européen de la Recherche en 2013. Les principaux chercheurs de ce groupe se nomment : Heino Falcke, Luciano Rezzolla et Michael Kramer. Les instituts partenaires sont JIVE, IRAM, MPE Garching, IRA/INAF Bologna, SKA et ESO. BlackHoleCam fait partie de la collaboration Event Horizon Telescope.

Liens

Contacts

Monika Mościbrodzka
Radboud Universiteit
Nijmegen, The Netherlands
Tel: +31-24-36-52485
Email: m.moscibrodzka@astro.ru.nl

Ivan Martí Vidal
Universitat de València
Burjassot, València, Spain
Tel: +34 963 543 078
Email: i.marti-vidal@uv.es

Ciska Kemper
European Southern Observatory
Garching bei München, Germany
Tel: +49(0)89-3200-6447
Email: Francisca.Kemper@eso.org

Andrew Chael
Princeton University Center for Theoretical Science
Princeton, New Jersey, USA
Email: achael@princeton.edu

Jason Dexter
University of Colorado Boulder
Boulder, Colorado, USA
Tel: +1 303-492-7836
Email: jason.dexter@colorado.edu

Jongho Park
Academia Sinica, Institute of Astronomy and Astrophysics
Taipei
Tel: +886-2-2366-5462
Email: jpark@asiaa.sinica.edu.tw

Ciriaco Goddi
Radboud University and Leiden Observatory
Nijmegen and Leiden, The Netherlands
Email: c.goddi@astro.ru.nl

Sara Issaoun
EHT collaboration member at Radboud Universiteit
Nijmegen, The Netherlands
Tel: +31 (0)6 84526627
Email: s.issaoun@astro.ru.nl

Huib Jan van Langevelde
EHT Project Director, Joint Institute for VLBI ERIC
Dwingeloo, The Netherlands
Tel: +31-521-596515
Mobile: +31-62120 1419
Email: langevelde@jive.eu

Geoffrey C. Bower
EHT Project Scientist, Academia Sinica Institute of Astronomy and Astrophysics
Hilo, HI, USA
Mobile: +1 (510) 847-1722
Email: gbower@asiaa.sinica.edu.tw

Bárbara Ferreira
ESO Media Manager
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6670
Mobile: +49 151 241 664 00
Email: press@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso2105.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso2105fr-be
Nom:Messier 87
Type:Local Universe : Galaxy : Component : Central Black Hole
Facility:Atacama Large Millimeter/submillimeter Array, Atacama Pathfinder Experiment
Science data:2021ApJ...910L..14G

Images

Vue du trou noir supermassif de M87 en lumière polarisée
Vue du trou noir supermassif de M87 en lumière polarisée
Vue du trou noir supermassif de M87 et du jet en lumière polarisée
Vue du trou noir supermassif de M87 et du jet en lumière polarisée
Vue du jet issu de M87 en lumière visible et vue du jet et du trou noir supermassif en lumière polarisée
Vue du jet issu de M87 en lumière visible et vue du jet et du trou noir supermassif en lumière polarisée
Image d'ALMA du jet de M87 en lumière polarisée
Image d'ALMA du jet de M87 en lumière polarisée
Première image d’un trou noir
Première image d’un trou noir
Messier 87 capturée par le Very Large Telescope de l’ESO
Messier 87 capturée par le Very Large Telescope de l’ESO
Vue d'artiste du trou noir au cœur du M87
Vue d'artiste du trou noir au cœur du M87
Messier 87 dans la constellation de la Vierge
Messier 87 dans la constellation de la Vierge
Les contributions majeures d’ALMA et APEX à l’EHT
Les contributions majeures d’ALMA et APEX à l’EHT

Vidéos

ESOcast 235 Light: Les astronomes photographient des champs magnétiques aux frontières d’un trou noir
ESOcast 235 Light: Les astronomes photographient des champs magnétiques aux frontières d’un trou noir
Zoom sur le coeur de M87 afin d’acquérir une nouvelle image de son trou noir
Zoom sur le coeur de M87 afin d’acquérir une nouvelle image de son trou noir