Kids

eso1529fr — Communiqué de presse scientifique

Une équipe pilotée par le Brésil à la pointe de la recherche du Système Solaire 2.0

Un Jumeau de Jupiter découvert autour d'un Jumeau Solaire

15 juillet 2015

Une équipe internationale d'astronomes a identifié, au moyen du télescope de 3,6 mètres de l'ESO, une planète semblable à Jupiter. Cette planète en orbite autour de l’étoile HIP 11915 en est éloignée de la même distance que Jupiter l’est du Soleil. HIP 11915 est elle-même semblable à notre Soleil. Les théories actuelles stipulent que la formation de planètes de masse voisine de celle de Jupiter influe grandement sur l'architecture des systèmes planétaires. L'existence, autour d'une étoile de type Soleil, d'une planète dotée d'une masse et de caractéristiques orbitales semblables à celles de Jupiter, laisse entrevoir la possibilité que le système de planètes en orbite autour de cette étoile soit similaire à notre propre Système Solaire. HIP 11915 a le même âge que Soleil. En outre, sa composition, proche de celle du Soleil, permet d'envisager l'existence de planètes rocheuses plus proches de l’étoile.

Les missions de recherche d'exoplanètes ont à ce jour permis de découvrir des systèmes planétaires dont les régions intérieures sont peuplées de planètes massives – de l'ordre de plusieurs masses terrestres [1]. Or, de petites planètes rocheuses peuplent le cœur de notre Système Solaire, tandis que les géantes gazeuses telle Jupiter se trouvent reléguées dans les régions extérieures.

Les théories les plus récentes stipulent que l'ordonnancement des objets de notre Système Solaire, si propice à l'apparition et au développement de la vie, résulte de la présence de Jupiter et de l'effet gravitationnel que cette géante gazeuse a produit sur le Système Solaire lors de sa phase de formation. Ainsi donc, le fait de détecter un jumeau de Jupiter constituerait un pas important vers la découverte d'un système planétaire semblable au nôtre.

Une équipe pilotée par le Brésil a ciblé sa recherche sur les étoiles de type Soleil dans le but de détecter des systèmes planétaires semblables à notre Système Solaire. Elle vient de découvrir une planète dotée d'une masse voisine de celle de Jupiter [2], en orbite autour d'une étoile de type Soleil, HIP 11915, et située à une distance presque identique à celle qui sépare Jupiter de notre Soleil. Cette découverte a été faite au moyen de HARPS, l'un des instruments chasseurs de planètes les plus précis au monde, qui équipe le télescope de 3,6 mètres de l'ESO à l'Observatoire de La Silla au Chili.

De nombreuses planètes semblables à Jupiter ont été détectées [3] à des distances variées d'étoiles de type Soleil. Toutefois, cette planète nouvellement découverte, en particulier sa masse et la distance qui la sépare de son étoile hôte, ainsi que la similitude de l'étoile hôte et du Soleil, constituent l'analogue le plus précis à ce jour de notre Soleil et de Jupiter.

L'étoile autour de laquelle orbite la planète, le jumeau solaire HIP 11915, est caractérisée par une masse et un âge quasiment identiques à ceux du Soleil. En outre, cette étoile arbore une composition voisine de celle du Soleil. Il est possible que la signature chimique de notre Soleil résulte en partie de la présence de planètes rocheuses dans le Système Solaire, ce qui permet d'envisager la possibilité de l'existence de planètes rocheuses autour de HIP 11915.

Aux dire de Jorge Melendez de l'Université de Sao Paulo au Brésil, leader de l'équipe et co-auteur de l'article, “la recherche d'une Terre 2.0, et d'un Système Solaire complet 2.0, constitue l'un des défis les plus excitants de l'astronomie. Nous sommes ravis de concourir à cette recherche de premier plan, rendue possible grâce aux installations astronomiques mises à notre disposition par l'ESO.” [4]

Megan Bedell de l'Université de Chicago et auteur principal de l'article, conclut ainsi : “Après deux décennies de traque d'exoplanètes, et grâce à la stabilité, à long terme, de chasseurs d'exoplanètes tel HARPS, nous parvenons enfin à détecter des géantes gazeuses de longues périodes semblables à celles qui peuplent notre Système Solaire. Ce formidable résultat augure de la future découverte d'autres systèmes solaires.”

Des observations plus poussées sont requises pour confirmer et contraindre cette découverte. Il n'en reste pas moins que HIP 11915 constitue, à l'heure actuelle, l'étoile la plus susceptible d'abriter un système planétaire semblable au nôtre.

Notes

[1] Les techniques actuelles permettent de détecter de grosses planètes massives situées à proximité de leurs étoiles hôtes. La détection de petites planètes de faible masse demeure, aujourd'hui encore, au-delà de nos capacités. Les planètes géantes qui orbitent loin de leur étoile hôte sont également plus difficiles à déceler. En conséquence, la plupart des exoplanètes découvertes à ce jour sont grosses et massives, et voisines de leur étoile.

[2] La planète a été détectée grâce à la faible oscillation que son mouvement de révolution imprime à son étoile hôte. L'inclinaison de l'orbite de la planète étant inconnue, seule une limite inférieure à sa masse peut être avancée. Il est intéressant de noter que l'activité de l'étoile, liée aux variations de son champ magnétique, pourrait être à l'origine du signal attribué à la planète. Bien que les astronomes aient procédé à l'ensemble des tests connus, cette hypothèse ne peut être totalement écartée.

[3] Autour de HD 154345 orbite un autre jumeau de Jupiter, décrit ici.

[4] Depuis la signature de l'accord d'adhésion du Brésil en décembre 2010, l'astronomie brésilienne dispose d'un plein accès aux instruments de l'ESO.

Plus d'informations

Ce travail de recherche a fait l'objet d'un article intitulé “The Solar Twin Planet Search II. A Jupiter twin around a solar twin”, par M. Bedell et al., à paraître dans la revue Astronomy and Astrophysics.

L'équipe est composée de M. Bedell (Département d'Astronomie et d'Astrophysique, Université de Chicago, Chicago, Illinois, Etats-Unis; Chercheur accueilli au Département d'Astronomie de l'IAG/USP, Université de São Paulo, São Paulo, Brésil), J. Meléndez (Université de São Paulo, São Paulo, Brésil), J. L. Bean (Département d'Astronomie et d'Astrophysique, Université de Chicago), I. Ramírez (Observatoire McDonald et Département d'Astronomie, Université du Texas, Austin, Texas, Etats-Unis), M. Asplund (Ecole de Recherche en Astronomie et Astrophysique, Université Nationale d'Australie, Weston, Australie), A. Alves-Brito (Institut de Physique, Université Fédérale de Rio Grande do Sul, Porto Alegre, Rio Grande do Sul, Brésil), L. Casagrande (Ecole de Recherche en Astronomie et Astrophysique, Australie), S. Dreizler (Institut d'Astrophysique, Université de Göttingen, Allemagne), T. Monroe (Université de São Paulo, Brésil), L. Spina (Université de São Paulo, Brésil) et M. Tucci Maia (Université de São Paulo, Brésil).

L'ESO est la première organisation intergouvernementale pour l'astronomie en Europe et l'observatoire astronomique le plus productif au monde. L'ESO est soutenu par 15 pays : l'Allemagne, l'Autriche, la Belgique, le Brésil, le Danemark, l'Espagne, la Finlande, la France, l'Italie, les Pays-Bas, le Portugal, la République Tchèque, le Royaume-Uni, la Suède et la Suisse. L'ESO conduit d'ambitieux programmes pour la conception, la construction et la gestion de puissants équipements pour l'astronomie au sol qui permettent aux astronomes de faire d'importantes découvertes scientifiques. L'ESO joue également un rôle de leader dans la promotion et l'organisation de la coopération dans le domaine de la recherche en astronomie. L'ESO gère trois sites d'observation uniques, de classe internationale, au Chili : La Silla, Paranal et Chajnantor. À Paranal, l'ESO exploite le VLT « Very Large Telescope », l'observatoire astronomique observant dans le visible le plus avancé au monde et deux télescopes dédiés aux grands sondages. VISTA fonctionne dans l'infrarouge. C'est le plus grand télescope pour les grands sondages. Et, le VLT Survey Telescope (VST) est le plus grand télescope conçu exclusivement pour sonder le ciel dans la lumière visible. L'ESO est le partenaire européen d'ALMA, un télescope astronomique révolutionnaire. ALMA est le plus grand projet astronomique en cours de réalisation. L'ESO est actuellement en train de programmer la réalisation d'un télescope européen géant (E-ELT pour European Extremely Large Telescope) de la classe des 39 mètres qui observera dans le visible et le proche infrarouge. L'E-ELT sera « l'œil le plus grand au monde tourné vers le ciel ».

Liens

Contacts

Thierry Botti
Laboratoire d'Astrophysique de Marseille / Institut Pythéas
Marseille, France
Tel: +33 4 95 04 41 06
Email: thierry.botti@osupytheas.fr

Megan Bedell
University of Chicago
USA
Tel: +1 518 488 9348
Email: mbedell@oddjob.uchicago.edu

Jorge Meléndez
Universidade de São Paulo
Brazil
Tel: +55 11 3091 2840
Email: jorge.melendez@iag.usp.br

Richard Hook
ESO Public Information Officer
Garching bei München, Germany
Tel: +49 89 3200 6655
Mobile: +49 151 1537 3591
Email: rhook@eso.org

Connect with ESO on social media

Ce texte est une traduction du communiqué de presse de l'ESO eso1529.

A propos du communiqué de presse

Communiqué de presse N°:eso1529fr
Nom:HIP 11915
Type:Milky Way : Star : Circumstellar Material : Planetary System
Facility:ESO 3.6-metre telescope
Instruments:HARPS
Science data:2015A&A...581A..34B

Images

Vue d'artiste d'un jumeau de Jupiter autour de HIP 11915
Vue d'artiste d'un jumeau de Jupiter autour de HIP 11915
The star HIP 11915 in the constellation of Cetus
The star HIP 11915 in the constellation of Cetus
Seulement en anglais

Vidéos

Artist’s impression of a Jupiter twin orbiting HIP 11915
Artist’s impression of a Jupiter twin orbiting HIP 11915
Seulement en anglais

Voir aussi notre